lundi 10 décembre 2012

« Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa Shadow », de l’ombre vers la lumière

Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa Shadow

Pour essayer d’être régulier et vu que, en général, je n’écris sur ce blog que sur des séries que j’apprécie un minimum (je n’aime pas trop partager des avis négatifs…), je vais le faire ce coup-ci avec Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa Shadow que l’on pourrait traduire par « Épouse détective – Mon ombre ». Ce J-Drama a été diffusé entre octobre et décembre 2011 avec un total de neuf épisodes ; Katzina avait déjà fait un billet sur ce drama que je vous conseille à lire pour vous faire un bon avis.

Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa Shadow
Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa ShadowSengyou Shufu Tantei - Watashi wa ShadowPour résumer un peu : l’histoire débute avec un couple assez typique d’un salaryman, Asagi Takefumi, et de son épouse, Asagi Serena, le premier étant totalement absorbé par son travail et la seconde jouant parfaitement son rôle de maîtresse de maison, qui plus est, en vouant un amour sans limite pour son mari. Serina a aussi la particularité d’être une femme très naïve, bien peu ouverte sur les choses de la vie, en somme, elle vit dans son petit monde idyllique qui ne tourne qu’autour de son mari. Toutefois, son « Fumi-kun » est de plus en plus distant avec elle, et de plus, en faisant la connaissance d’un détective privé, Jinnai Haruki, pour lequel elle va commencer à travailler, elle va se rendre compte que son tendre époux et sa supérieure commence à nouer des relations un peu trop proche… Il lui faudra alors se prendre en main pour changer et sauver son couple !


J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à regarder cette série qui m’a petit à petit surpris et conquis. Faut avouer qu’avec le speech de départ sur l’épouse « parfaite », un peu beaucoup trop naïve quand même, et du mari infidèle, si je l’avais lu, je n’aurais sans doute pas commencé... Mais, comme souvent, je n’ai même pas jeté un coup d’œil sur le synopsis, voilà quoi. J'ai juste vu que Fujiki Naohito (Hotaru no Hikari, Koukou Kyoushi 2003…) jouait dedans, et cela me suffisait pour être curieux.

Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa ShadowSengyou Shufu Tantei - Watashi wa ShadowSengyou Shufu Tantei - Watashi wa ShadowSerena, malgré sa naïveté maladive, est vraiment attachante, et cela dès le premier épisode. Je ne dirais pas que l’actrice, Fukada Kyouko, était excellente, mais elle jouait suffisamment bien pour mettre en avant son personnage et surprendre avec. Au final, d’une épouse « modèle » (enfin c’est ainsi qu’elle est présentée, un modèle japonais ?), elle se transforme en une jeune femme bien plus courageuse et qui sait prendre des initiatives. Et, on ne peut sans doute que louer son amour sans limite/faille.
Son mari justement, qui est donc joué par Fujiki Naohito, Fumi-kun, enfin Asagi Takefumi, il a pu m’agacer celui-là. Mais, c’est peut-être une des qualités de cette série, c’est le fait que ce personnage ne dévoile pas toutes ses cartes dès le début. En fait, ça tient au scénario qui débute sur son infidélité, réelle (enfin, même si…), mais qui progressivement va évoluer vers ce qui est réellement l’intrigue du drama – que je ne dévoilerai pas. Certaines de ses réactions ont pu vraiment m’agacer, mais vraiment ! Mais à d’autres moments, on le prend en sympathie et on commence même à l’apprécier et se dire que, avec Serena, ils forment quand même un beau couple.
Faut reconnaître qu’il avait un rival de poids face à lui : Junnai (interprété par Kiritani Kenta), le détective chez qui Serena se retrouve pour sauver son mariage. Bon gars, malgré son sale caractère, il forme un duo de choc avec Serena (~Yamada), à la fois drôle et attachant. C’est peut-être le personnage que j’ai le plus apprécié, il est aussi celui qui a vraiment mis Serena en valeur en la transformant petit-à-petit. C’est celui auquel on peut le plus facilement s’identifier et on peut également comprendre et partager ses réactions.

Générique : 「スパイス」de Perfume

La notion du couple, de la vie à deux chez les Japonais, qui est abordée dans cette série, m’amène à me demander si c’est vraiment que ça se passe ou si c’est une déformation par les séries télévisées (sans doute un peu des deux comme pour beaucoup de choses dans la vie)… « Se parler », c’est une notion à croire trop abstraite pour être pensée. Ah, des fois, ils se disent qu’il faudrait peut être se parler, mais bon, ces rares fois où se pourrait être le cas… Le téléphone sonne souvent. Ce drama serait aussi un bon exemple pour souligner les problèmes liés au mode de vie des dits salarymen avec leur dévouement excessif (?) pour le travail et les conséquences dans leur vie privée.
Plus terre à terre, sur la série, mettons aussi de côté le fait que le mari ici ne reconnaisse pas son épouse même avec des lunettes et une perruque tout au long des neuf épisodes ; enfin, pour excuse, on pourra dire qu’il n’est pas le seul dans ce cas, mais bon…

Sans être un drama génial – je le déconseillerai même à un public plus « exigeant » – Sengyou Shufu Tantei - Watashi wa Shadow est un bon divertissement. Puis, il faut reconnaître que malgré son début poussif, la série a quand même son lot de surprises à offrir à travers une histoire qui prend progressivement de l’ampleur pour devenir intéressante, ainsi que des personnages attachants.

1 commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...