samedi 10 novembre 2018

Sélection musicale des mois d’août à octobre 2018


J’ai pris un peu de retard dans ma sélection mensuelle de clips sur YouTube. Alors, du coup, je vais rattraper tout cela en survolant rapidement mes principaux coups-de-cœur d’août, de septembre mais aussi d’octobre de cette année. C’est parti !

On va commencer cette sélection avec des sonorités moins courantes du côté du pays du soleil levant... avec pourtant un girls-band assez emblématiques de sa scène pop que voici :

E-girls - « My Way » (feat. FIRE BALL, MIGHTY CROWN & PKCZ®)

Très jolie surprise donc que ce featuring des E-girls avec des noms important de la scène japonaise reggae-dancehall pour deux titres dont celui-ci que j’ai posté juste au-dessus. Alors ça surprend à la première écoute, d’autant plus que les E-girls ne semblent ne tenir ici qu’un rôle secondaire, mais musicalement ça fonctionne très bien. En tout cas, ça a le mérite d’apporter un peu de la chaleur jamaïcaine à la pop japonaise. Pas d’inquiétude, depuis, les E-girls sont revenues vers un genre plus habituel (sympathique même si après ces titre et surtout l’excellentissime « Show Time », je regrette un peu ce retour au source).

Hoshino Gen - « IDEA »

Plus besoin de présenter Gen Hoshino qui est devenu en quelques années un nom incontournable de la scène pop masculine japonaise. Surtout depuis l’immense succès de « Koi » fin 2016. Il revint donc en août avec ce nouveau titre très efficace. Sans être révolutionnaire, j’aime beaucoup l’ambiance de cette chanson et aussi la réalisation originale du clip avec ces changements de plateaux et de décors en direct. De plus les choix d'instruments collent vraiment bien à son univers et se rapproche un peu de son époque Sakerock.

MIYAVI - « So On It » (feat Seann Bowe & Meron Ryan)

On va continuer avec une autre voix masculine, mais dans un registre différent, avec cette fois-ci le grand MIYAVI, avec « So On It » et Seann Bowe et Meron Ryan en featuring. Miyavi, c’est à mes yeux un petit ovni de la scène japonaise, bourré de talent un instrument en main ; ce guitariste samouraï nous offre toujours des sons assez forts et souvent surprenants, n’hésitant pas à s’imposer des défis. Puis c'est aussi un artiste qui est très ouvert à l'international. À chaque fois qu'il passe en France, comme en avril dernier, je n'y suis pas. Frustration...
À noter que vous pouvez aussi le retrouver depuis peu dans le film live de Bleach qui est disponible sur Netflix ; le rôle que joue Miyavi lui va justement très bien.

Sentochihiro Chicchi (BiSH) - « Yoruoji to Tsuki no Hime / 夜王子と月の姫 »

Quittons le mois d’août pour celui de septembre, un mois synonyme de cette nostalgie de voir l’été s’éloigner progressivement... Et le 5 septembre apparaissait justement sur la chaîne d’avex un long clip signé par Sentochihiro Chicchi du groupe d’idols BiSH : « Yoruoji to Tsuki no Hime / 夜王子と月の姫 »Avec ce titre, on est vraiment en plein dans cette ambiance nostalgie. Long, répétitif avec ses mélodies cycliques, la chanson et le clip sont pourtant hypnotiques. La musique joue à fond sur ces répétitions et le rythme lancinant pour nous absorber, comme prisonnier de cette spirale. Très belle surprise. 
À signaler que ce titre est l’une des deux faces d’un même single, l’autre étant signé par Aina the End du même groupe BiSH « Kienai De » et que j’ai également beaucoup aimé. Cette seconde chanson prend son temps pour s’imposer, mais une fois qu’elle passe un ton plus haut, cela devient vraiment très bon.

DAOKO - « Owaranai Sekai De / 終わらない世界で »

Passons désormais directement et sans transition à DAOKO avec son dernier MV pour la sortie de « Owaranai Sekai de » qui sert en même de chanson thème pour le nouveau jeu mobile de Nintendo Dragalia Lost. J’ai l’impression que les amateurs de DAOKO ont été un peu déçu par ce titre. Pour ma part, je l’ai vraiment apprécié. On reconnait toujours parfaitement le style de la chanteuse, avec sa voix bien reconnaissable ou ses inspirations. Le refrain est en plus vraiment très beau. Pour une oeuvre de commande, c’est vraiment très réussie.
Ah, oui, je sais l’image que j’ai utilisée pour ouvrir ce billet vient de son titre « Bang » sorti en 2017, mais pas grave, je trouvais que ça rendait pas mal~

NGT48 - « Sekai no Hito e / 世界の人へ »

On retourne désormais vers des idols, avec le titre principal du dernier single des NGT48, « Sekai no Hito e / 世界の人へ ». Si « Yokubomono », cette année, m’a permis de redécouvrir les NMB48, cette fois-ci ce sont les NGT48 qui me semblent plus jeunes mais qui débordent d’une belle joie de vivre dans ce clip. Il transpire en effet de générosités. Puis, cette idée d’aller tourner le clip en Russie en compagnie d’une fan locale, Arina (lire le billet de BonjourIdol), je trouve ça super. À noter qu’il existe aussi une version longue avec l’histoire complète.
Du côté des NMB48, je veux signaler aussi la sortie de « Bokudatte Naichauyo / 僕だって泣いちゃうよ » qui fait parti du tout dernier single du groupe avec leur leader Sayaka Yamamoto qui l’a quitté en ce début novembre.

suga/es - « Show no Tell »

Terminons septembre avec « Show no Tell » des suga/es dont je parle régulièrement sur ce blog. Au risque de me répéter, je vous encourage vraiment à suivre ce jeune groupe (qui était venu à Japan Expo en 2017) qui s’affirme de plus en plus avec son style sucré et acidulé. Elles ont aussi sortie ensuite en octobre une autre vidéo avec un titre plus dynamique qui donne un bon exemple de l’énergie qu’elles peuvent exprimer sur scène.

Du coup, passons à octobre... avec un peu d'anison(g) pour continuer à se mettre en jambe.

Manami Numakura - « Desires »

Je ne sais plus si j’ai déjà parlé de Manami Numakura ici, mais si ce n’est pas le cas voici son dernier MV « Desires » qui est vraiment excellent. Dans un style bien plus rock cette fois-ci, elle offre un titre vraiment inspiré et visuellement classe. Sans révolutionner le genre toujours dominé avec style par LiSA, ça fonctionne très bien et ce fut une belle surprise.

La période couvrant fin octobre, début novembre est assez riche en sortie de single, et donc de clips sur la toile, voici celui de Inoue Sonoko  « Fantastic / ファンタジック » qui porte bien son nom :

Inoue Sonoko  - Fantastic / ファンタジック »

Comme je suis quelqu’un qui aime bien se répéter... Ai-je déjà dit que j’aimais beaucoup la musique de la talentueuse Inoue Sonoko ? Il semblerait que oui, mais je vais donc quand même radoter. Avec ce nouveau titre, elle confirme son retour vers un style plus pop-rock bien marqué cette année, après une période plus axé musiques sentimentales (mais très réussies !). En fait, cette facette n’a jamais pleinement disparu, mais ses derniers titres, depuis notamment son dernier mini-album Mine, me font plus penser à sa période indé. Dans tous les cas, Inoue Sonoko : c'est bien et c'est beau !

Kenshi Yonezu - « TEENAGE RIOT »

On va enfin finir cette sélection trimestrielle avec un monstre de la musique japonaise qui se nomme Kenshi Yonezu (et seulement 27 ans) qui a déjà mis cette année une fois encore tout le monde avec son succès monstre « Lemon ». Il faudrait vraiment que je le présente plus longuement sur ce blog. Sans rien à prouver, il revient en cette fin d’année avec un nouveau double single Flamingo/TEENAGE RIOT chacun des titres avec des styles bien différents. Pour ce billet, j’ai choisi le second avec un ambiance groupe de rock qui ne sera peut-être sa meilleure chanson mais qui reste pour autant un excellent titre. 

** ** **

Voilà, pour ne pas noyer ce billet, j’ai essayé de faire une sélection pas trop longue, mais je pense quand même avoir bien fait le tour de mes principaux coups-de-cœur de ces trois derniers mois. À me relire, je crois que c’est la première fois que je mentionne autant d’artistes masculins, comme quoi.
N’hésitez pas à me dire si vous avez aimé des titres parmi ceux que je vous ai proposés ici ou si vous avez eu aussi d'autres coups-de-cœur que vous avez envie de partager.

P.S. : Je vous invite aussi à écouter le nouveau podcast Jpop Social Club qui revient désormais chaque mois sur l'actu, concerts, avec des focus et débats autour de la musique japonaise. Une chouette initiative qui mérite d'être connu par les amateurs de J-music.

vendredi 2 novembre 2018

[J-Drama] « anone », une seconde chance mais à quel prix ?

anone - あのね - j-drama
Retour d’une critique sur le blog avec le drama japonais anone (あのね). Il s’agit d’une série originale assez récente puisqu’elle fut diffusée entre janvier et mars 2018 sur NTV. Elle compte 10 épisodes d’une durée d'environ 55 minutes. Signalons déjà que le scénariste de ce drama est quelqu’un de reconnu dans le milieu puisqu’il s'agit de Yuuji Sakamoto qui a déjà signée d’excellentes œuvres en terme d’écriture. Je lui connais notamment Saikou no rikon, Quartet ou encore Itsuka kono koi wo omoidashite kitto naiteshimau ; ce dernier titre, ItsuKoi pour faire plus court, est même l’un de mes dramas préférés. Ses séries se distinguent par un travail profond sur les personnages, souvent torturés par la vie, avec une ambiance et un rythme posé, voire lent.

On va retrouver ces caractéristiques dans anone. Cette série (voir la bande-annonce ici) raconte l’histoire de Harika Tsujisawa (jouée par Suzu Hirose) qui à 19 ans, seule sans famille, sans logement, ne trouve pas sa place dans la société, survivant tant bien que mal avec des petits boulots que personne ne veut faire. Un jour, elle va découvrir un étrange sac de billets de 10 000 yens qu’une femme plus âgée, Anone Hayashida (jouée par Yuuko Tanaka) essaye à tout prix de récupérer et de détruire. C’est le début d’une rencontre qui va amener ces deux personnes sur un chemin des plus périlleux mais au cours duquel elles vont chacune trouver un espoir qui semblait perdu.

anone - あのね - j-drama -Suzu Hirose

anone, plus qu’une série porté par un scénario, c'est surtout l'histoire de ses personnages. Harika et Anone d'une part, mais aussi Kaji Mochimoto (jouée par Sadao Abe) et Ruiko Aoba (interprétée par Satomi Kobayashi). Je vais éviter de vous dévoiler les ressorts de leur histoire personnage pour ne pas gâcher le plaisir des premiers épisodes, mais quoi qu’il en soit chacun d'entre eux est particulièrement attachant.

anone - あのね - j-drama - Suzu HiroseHarika occupe donc le centre de l'histoire, mais elle n’est pas seule, au contraire, même si l’affiche de la série ne met qu’elle en lumière. L’actrice, la jeune Suzu Hirose (seulement 20 ans, que j’ai vue auparavant dans les excellents films de Chihayafuru), offre dans tous les cas une prestation des plus convaincantes. La vie l’ayant particulièrement maltraitée, elle ne lui accorde plus réellement de crédit ; au cours de ce drama, on la voit progressivement renaître, même peut-être simplement naître, trouver une place, des gens sur qui compter. Harika est un personnage profondément touchant et parfois même bouleversant. Elle va partager en plus avec Anone une relation vraiment forte. Harika échange souvent via une application mobile avec un étrange garçon, Hikoboshi, qu’elle ne voit jamais mais à qui elle se dévoile beaucoup. Encore une fois, je ne veux pas spoiler, mais j’ai trouvé ces moments, ces échanges par messagerie sur smartphone si bien travaillés, parmi les plus beaux de ce drama. 

Anone Hayashida est le second personnage central de cette histoire. Elle va trouver en Harika une jeune fille qu’elle va vouloir protéger et aussi lui permettre de retrouver un rôle duquel elle s’était trouvé dépossédée de nombreuses années auparavant. D’une force incroyable, elle va à chaque fois trouver le courage de faire face aux difficultés, malgré la douleur qu’elle peut ressentir. Comme je le disais auparavant, sa relation avec Harika est vraiment touchante. Son prénom - Anone - fait en plus échos à une habitude d’Harika lorsqu’elle parle : elle introduit en effet souvent ses phrases par あのね "anone...", "tu sais...".

Aoba est peut-être dans le quator le personnage le plus en retrait. Toutefois l’épisode, lorsqu’elle sera amenée à quitter les "siens" est d’une très forte intensité. Et elle est aussi le miroir de Mochimoto. Ce dernier est un personnage très étrange. Dès le début du drama, on apprend qu'il est condamné... touché par un cancer, il sait qu’il va bientôt mourir. C’est inéluctable. Conclusion à venir bien triste pour un pauvre homme qui s’avère avoir toujours été la victime de sa propre gentillesse et ses maladresses dans la vie.

Le scénario va quant à lui se concentrer autour de la contre-façon d’argent, suivre une spirale infernale dont le sombre Riichi Nakaseko (joué par Eita) va être le chef d’orchestre. Étrange scénario en fait. On comprend très bien que cela ne fonctionnera jamais, malgré leur volonté et des raisons honnêtes. Puis contrefaire des billets est un crime très grave ; toutes ces personnes sont loin d’être des criminels nés...

Toutefois, cette histoire n’est peut-être bien qu'un prétexte. Par ailleurs, si vous voulez une série dramatique riche en rebondissements à couper le souffle, essayer autre chose. Car comme je le disais, les personnages d’anone sont véritablement le cœur de l’histoire, et ce sont à chaque fois des individus simples, de simples femmes et hommes avec leurs blessures. Ce qui est le plus intéressant, c’est les suivre, voir leur évolution, les interactions, écouter les dialogues. Et beaucoup observer. anone est en effet une oeuvre très visuelle. Non pour une débauche d’effet spéciaux, d’effet de lumière ou je ne sais de quoi. Au contraire, l’ambiance visuelle de cette série est assez terne, monochrome, avec des dominantes bleues notamment avec les vêtements d’Harika, les couleurs sombres de l'imprimerie ou de la maison d’Anone au style assez daté. L’ensemble est très bien travaillé. Visuellement, la série peut paraître terne, alors qu’au contraire sa réalisation est superbe et participe entièrement à l’ambiance. La musique est elle-même assez discrète, elle accompagne légèrement mais joliment les différentes étapes de l’histoire.
De la chaleur, on en trouvera mais lors des moments d’échange : des regards plus soutenus, même des moments de silence, ou, parmi mes passages préférés, ces repas entre eux et les rires échangés pour des choses toutes banales. Au final, la série parle beaucoup d’argent, comme si celui-ci pouvait être la réponse aux problèmes, mais la réalité est bien différente, l’essentiel est ailleurs.

anone - あのね - j-drama - Suzu Hirose
anone - あのね - j-drama - Suzu Hirose


Je ne veux pas trop spoiler la série, je vais donc m’arrêter là. Même si, probablement, ce n’est pas un drama qui plaira à tout le monde, je vous invite vivement à essayer anone. Plus qu’à regarder, anone est un drama qui se vit. Ce type de dramas pour lesquels les Japonais peuvent exceller. C’est une série dramatique portée par un magnifique travail d’écriture et de réalisation. Les acteurs offrent de très belles prestations, en particulier la jeune et talentueuse Suzu Hirose qui interprété un personnage bien difficile ; mais aussi Sadao Obe et son rôle si touchant. "Tu sais...", sans effervescence, sans feu d'artifice, j'ai été vraiment touché par cette histoire, ces histoires remplies d'humanité.

samedi 27 octobre 2018

Weekend Dramanimique n°6, petit bilan

Alors que la seconde partie du mois  d’octobre aurait être dû plus tranquille pour moi, et donc propice au visionnage de dramas, partage de musique, etc. Ce n’est pas vraiment ça... Pour autant, le weekend dernier, nouvelle édition du désormais célibrissime (ou bientôt) Weekend Dramanimique proposé de nouveau par Bouya ! Et ce fut l’occasion pour moi de regarder un peu de dramas (japonais).
Comme pour les éditions précédentes, le but est simple : regarder autant de fiction asiatique que possible en essayant, en bonus, de respecter quelques options (échec pour ma part cette fois-ci), et partager avec les autres sur réseaux sociaux, surtout Twitter.

Voici la liste des participants (avec Twitter) : Bouya (@Bo0ya_), Titesilve (@SandrineSilve), Kiimiko (@sistersnasai), Minsootae (@MinSooTae), alikdream (@Alikdream629), Angel402 (@Angel402_), Lili (@lililou26150), Luthien (@Luthyx), Isley (@Isley_), Idril Palanen, Yuni (@LelfYuni), Cindy (@cindy127U), verslinfini, drama-addict (@dramaddictblog1), petiteluci3 (@Petiteluci3)

Pour ma part, j’avais visé modestement le palier de 6h mais que j’ai largement dépassé, puisque j’ai regardé environ 8h30 de films et de séries. En voici la liste :

Chihayafuru: Musubi anone - drama

Chihayafuru: Musubi - film japonais, 2018 (~ 2h10)
Il s’agit du dernier film de la trilogie Chihayafuru qui est tiré du manga du même nom de Yuki Suetsugu. Cette série met en scène des lycéens jouant à un jeu de cartes basé sur une compilation de cent poèmes japonais.
Je connais le manga depuis longtemps, de par sa réputation, mais sans jamais vraiment m’y être vraiment intéressé. C’est en entendant reparler récemment du titre avec le dernier film que j’ai eu envie de tester, d’autant plus que le rôle principal est tenu par une étoile montante des petit et grand écrans japonais : Suzu Hirose.
Et franchement, c’est excellent ! Ce troisième film conclue en tout cas vraiment bien cette trilogie. Ce que je retiens surtout, au delà de la découverte de Suzu Hirose, excellente, c’est bien cette mise en scène des parties de karuta. C’est particulièrement réussi et on ressent très fortement la pression ; on transpire avec eux, etc. Le karuta, avec ces films, n’est plus un simple jeu de cartes, mais un véritable sport de haut niveau, avec toute la pression qui l’accompagne.
Une très bonne surprise, avec des personnages attachants - j’aurais bien aimé quand même un choix plus clair à la fin de la part de Chihaya... mais qui sait une suite ? -, et la découverte du karuta.

Chihayafuru: Musubi Chihayafuru: Musubi
Chihayafuru: Musubi Chihayafuru: Musubi
Chihayafuru: Musubi Chihayafuru: Musubi

Anone - drama japonais, 2018, épisode 2-5 (~3h20)
On continue avec Suzu Hirose. Après de tels films, je voulais voir autre chose, et anone a justement pas mal fait parlé de lui. Ce drama raconte l’histoire de Harika Tsujisawa (Suzu Hirose donc), une jeune fille seule, sans plus aucune attache familiale, qui va se trouver dans une drôle d’affaire de faux billets. Elle va alors être amené à faire la rencontre de différentes personnes au passé toujours assez difficile. Pour autant, cette histoire raconte d’une certaine façon la renaissance de Harika qui va retrouver un petit cocon protecteur. Mais c’est loin d’être aussi simple.
Ce drama est scénarisé par Yuuji Sakamoto, un grand nom dans le milieu avec des titres comme Saikou no Rikon, ItsuKoi ou encore Quartet pour des séries que je connais. Il apporte toujours un grand soin dans le développement de ses personnages, des dialogues, etc., donnant ainsi une réelle profondeur à ses séries.
Anone n’est pas une série marrante, au contraire, on plonge ici dans le quotidien difficile, même parfois meurtri de tous ces personnages qui ne vont pas forcement faire les bons choix. Mais ils sont tellement attachants, j’espère que cela ne va pas mal finir...

anone - Suzu Hiroseanone - Suzu Hirose
anone - Suzu Hiroseanone - Suzu Hirose
anone - Suzu Hiroseanone - Suzu Hirose

Je ne veux pas encore en dire trop, j’en suis actuellement à l’épisode 6, et je veux surtout savoir comment cela va avancer. En tout cas, si vous cherchez un bon drama japonais dramatique et prenant, anone s’avère un très bon choix.

Legal High - Sakai Masato - Yui AragakiCode Blue - season 3rd

Legal High - drama japonais, épisode 1 (~50 minutes)
Revisionnage ici, pour montrer la série à une amie. Rien de particulier à redire sur ce drama que j’adore. Qu’importe le nombre de fois que je revisionne la série, elle me plait toujours autant ; cela me plait de retrouver Sakai Masato dans son rôle de Komikado-sensei, un avocat excentrique mais hilarant.
Legal High reste à mes yeux une référence dans les comédies japonaises.

Legal HighLegal High

Code Blue, saison 3 - drama japonais, épisodes 9-10 (~1h40)
Série finie. Étrange sensation avec cette troisième saison de cette saga culte. J’ai aimé retrouvé les personnages de Doctor Heli, retrouver les sensations de ce qui fut l’un de mes premiers dramas. J’ai moins aimé ces nouveaux internes qui manquaient d’intérêt. Puis, malgré l’évolution intéressante de Aizawa, Shiraishi, etc., la série manquait aussi un peu d’ambition. J’ai donc aimé retrouvé Code Blue, tout en étant déçu de ne rien avoir de plus. Quoi qu’il en soit le final était vraiment réussi - si ce n’est les 20 dernières minutes avec un peu trop de blablas.

Code Blue, saison 3Code Blue, saison 3
Code Blue, saison 3Code Blue, saison 3

** ** **

Voilà, cela reste un bilan assez modeste. Toutefois, avec ce sixième weekend dramanimique, j’ai pu en profiter pour avancer dans mes dramas, et c’est déjà cool. En tout cas, depuis quelques temps, je ressens vraiment le besoin de revenir vers les dramas japonais. Il y a quelque chose de beaucoup plus authentique dans les séries japonaises qui me manquaient.

dimanche 16 septembre 2018

Découverte musicale : ONE CHANCE, un groupe plein d'avenir

ONE CHANCE - J-music - Avex
© ONE CHANCE
Aujourd'hui, je vais un peu m’attarder sur un très jeune groupe : les ONE CHANCE qui ont fait leur début cet été sous le drapeau d’Avex, une importante et influente agence musicale au Japon.

Quelques liens : site officiel || chaîne YouTube || Twitter || Facebook  || Instagram

ONE CHANCE est donc un nouveau groupe féminin qui est formé de 10 membres dont vous pouvez retrouver les profils sur leur site officiel,ici. Vous pouvez aussi les suivre sur Twitter, Instagram ou encore Showroom. Voici leur nom en suivant l’ordre de l'image ci-dessous, de gauche à droite : Hirari Nishida (西田ひらり), Satori Haneda (羽田聡里), Anju Takeuchi (武内杏樹), Anna Ichioka (一岡杏奈),  Kako Oguri (小栗かこ), Sara Hirano (平野沙羅), Jurin Kumashiro (熊代珠琳), Airi Hisatomi (久冨愛莉), Ryoko Shimizu (清水涼子) et enfin Luna Mori (森瑠菜).

ONE CHANCE - J-music - Avex
© ONE CHANCE

J’ai déjà mentionné ce tout jeune groupe à une reprise sur le blog à l’occasion de la sortie des premières vidéos sur leur chaîne YouTube. La promotion du groupe avait débuté début juillet avec plusieurs annonces vidéos et c’est le 25 du même mois que le groupe débuta publiquement avec notamment une première performance dans les locaux d'Avex :
(Je sais qu’il y a un problème avec les vidéos d’Avex sur Blogger, mais si vous cliquez sur celles-ci ici, vous obtenez un lien pour aller sur YouTube, désolé)


Cette chanson, « ステイハングリー、ステイフーリッシュ / Stay Hungry, Stay Foolish », est un premier titre déjà concluant par son rythme entrainement et très sympathique visuellement. Celui-ci avait été diffusé dans un premier temps sur AWA, une application de musique disponible seulement au Japon. Cependant, si je fais ce billet, c’est aussi parce que ce titre est, depuis début septembre, désormais sur les principales plateformes comme Spotify et Apple Music à l’international donc également chez nous. De ce fait, si vous êtes abonnés à l’un de ces services, vous pouvez maintenant apprécier pleinement ce titre vraiment réussi ! Personnellement, je le fais passer en boucle.

Deux autres chansons ont également été présentées sur YouTube : « 殴られてもいい / Nagurarete mo ii » et le dernier et excellent « Don’t think, feel ». Ils ne sont pas encore disponibles en France en streaming musical. Toutefois, vous pouvez quand même profiter des vidéos qui ont été postées et ainsi apprécier les qualités de danse du groupe en suivant la caméra mobile :

« Nagurarete mo ii »
Liens : partie 1 / partie 2

« Don’t think, feel »
Liens : partie 1 / partie 2

Depuis, le groupe commence à se produire sur plusieurs scènes avec comme top départ une petite séquence surtout marquée par le dernier a-nation d'août qui est un important événement estival organisé et animé chaque année par Avex durant lequel de très nombreux artistes et groupes font des concerts. Elles avaient ainsi fait partie de l’ouverture des concerts du 26 août et il s’agissait alors de leur première apparition devant un aussi large public. À partir de la fin de ce mois et courant octobre, elles vont multiplier les lives, notamment bientôt à Osaka, ce qui sera ainsi l’occasion de se faire connaître de plus en plus.

En ce qui me concerne, dès les premières vidéos qui annonçaient le groupe, j’avais senti que j’allais aimer. La diffusion des premières performances de ces dix jeunes femmes m’a ensuite tout de suite convaincu et c’est désormais un véritable coup-de-cœur. J’ai vraiment envie de soutenir ce groupe en lui souhaitant une bien belle et durable carrière !
Elles ont un potentiel immense avec des titres efficaces conduit par deux chanteuses prometteuses - Hirari et Anna (accompagnées par d'autres lors de quelques passages) - et elles excellent toutes vraiment niveau danse. Elles sont par ailleurs encadrées semble-t-il par des noms connus dans ce domaine (50/Fifty ou Akanen).
Cette association danse&chant est vraiment au cœur du projet ONE CHANCE, avec l’idée de tout donner à chaque occasion d’où le nom du groupe. On sent bien qu’ils ont voulu mettre le paquet côté performance scénique avec des chorégraphies rythmées et parfois visuellement impressionnantes. Elles sont toutes très douées et peuvent se permettent même quelques acrobaties au milieu de des chorégraphies déjà bien denses. Cela ne fait que quelques mois qu’elles travaillent ensemble mais elles font preuve d’une belle cohérence côté groupe, ce qui est d'autant plus prometteur pour la suite.

C’est une formation aussi assez 'mature' avec des membres qui ont presque toutes autour de 20 ans et qui ne sont donc plus des adolescentes ; Ryoko et Anju ont même 24 ans. Seule Hirari, la plus jeune, a 17 ans. À noter que ce n’est pas la première fois que l’on rencontre certaines membres puisque Hirari, Sara, Jurin et Kako étaient auparavant des membres du groupe d’idols GEM qui s’était séparé en début d'année.

Encore aucun CD n’a été annoncé ; j’ai essayé de sonder une membre lors d’un live sur Showroom, mais non il n’y aura rien sous peu (sauf surprise qu’elles ne peuvent dévoiler). Le groupe est sans doute encore trop jeune et aura besoin d’un peu plus de reconnaissance avant de s’aventurer vers la vente d'un premier single et le terrible oricon. Pour autant, leurs premiers titres sont déjà disponibles en streaming alors autant en profiter ! J’espère qu’Avex les soutiendra à fond mais avec déjà un a-nation à leur actif, c’est bien parti pour.

Avec un total de dix membres, on a forcement, comme dans tout groupe, des préférences ; de mon côté, ma préférence va nettement vers Ryoko suivie d’Anju, que je suis toutes deux beaucoup sur Showroom. Je suis même devenu un habitué de leurs streams, même si le décalage horaire avec le Japon n’aide pas toujours. En fréquentant régulièrement leur salon respectif, je me suis fait repéré et elles savent qu’il y a un français dans la petite foule des spectateurs. Ryoko est vraiment top, j’aime beaucoup sa bonne humeur et elle a aussi toujours le petit mot de remerciement bien gentil et touchant. Anju a de son côté même une petite pancarte "bonjour/merci" prête à l’emploi et écrit en français qu’elle aime utiliser joyeusement (une aussi en coréen pour les intéressés). Ce genre d’interactions fait plaisir et cela donne encore plus envie de s'investir pour le groupe.

Ryoko Shimizu 清水涼子 - ONE CHANCERyoko Shimizu 清水涼子 - ONE CHANCEAnju Takeuchi 武内杏樹 - ONE CHANCE

J’essaye aussi de suivre l’actu d’Anna et d’Airi (ses yeux tout ronds sont étonnants pour une japonaise) mais elles sont moins présentes sur Showroom en ce moment, mais plus sur Twitter&Instagram. Luna fait régulièrement des streams radio le petit matin, soit passé les minuits chez nous. Excepté un peu Jurin peut-être, on voit moins les anciennes GEM (mais Hirari me semble beaucoup mise en avant par le staff du groupe, tout comme Airi) ; mais en tout cas, les anciens fans de ce groupe les ont suivi, ce qui est bien pour permettre aux ONE CHANCE de bénéficier dès le début d’un public.

ONE CHANCE - J-music - Avex
© ONE CHANCE
Voilà, ce sera tout pour cette première petite présentation (peu objective, mais je l’assume volontiers). J’espère que l’avenir du groupe me permettra de reparler régulièrement d’elles sur ce blog. En tout cas, après cet été et un joli démarrage vraiment concluant sur le plan musical et côté danse, j’espère que ONE CHANCE est un groupe qui va trouver sa place sur la scène japonaise et qu’elles trouveront leur public et le succès. De mon côté, j’ai déjà pris fait et cause pour les ONE CHANCE (et pour Ryoko !).

Et vous ?~

samedi 8 septembre 2018

Top 5 : mes clips K-pop préférés

Top 5 - clips K-pop préférés

Petite excursion musicale du côté de la Corée du Sud. Alors, je viens cette fois-ci encore comme un débutant en matière de musique coréenne ; je découvre essentiellement les clips grâce aux partages des gens sur les réseaux sociaux ou forums. J’avais déjà tenté il y a quelques mois de faire un premier top de mes musiques préférées dans les k-dramas, mais cette fois-ci, avec un peu plus de recul aussi, je vais faire un classement (purement subjectif évidemment) de mes clips préférés. Pour apporter un peu de variété, je ne vais mentionner dans ce top chaque groupe ou artiste qu’une seule fois.

N°5 : « Siren », SUNMI



Allez, là, je suis dans le cœur de l’actualité.  Le clip a été posté il y a quelques jours seulement ; c’est grâce à Sam (& les dramas) que je l’ai découvert lorsqu’elle le partagea avec enthousiasme sur Twitter. Je n’ai pas grand chose à dire... je ne connaissais même pas Sunmi avant, mais ce titre m’a fait une forte impression dès le premier visionnage. Je le trouve très classe, avec une chanteuse qui montre beaucoup de charisme. Franchement, ça passe très très bien, j’aime bien aussi la thématique de la chanson.

N°4 : « Heart Attack (심쿵해) », AOA




J’ai beaucoup hésité pour cette place... J’aurais pu mettre par exemple « Dance The Night Away » qui semble un peu diviser la communauté des fans de TWICE ; perso, j’aime beaucoup ce titre pour sa bonne humeur et son refrain disco efficace, bien plus qu’un « Likey » par exemple.
Cependant, ce sera AOA avec « Heart Attack » nommé dans ce top. En fait, ce que j’aime particulièrement au-delà du côté très entraînant de la musique, c’est la nullité assumée de l'histoire racontée par le clip. Ce match, cette amourette avec le sportif, l’entrainement... C’est nullement bien. J’aime bien comment AOA joue avec les clichés autour de l’apparence (comme dans « Oh boy » mais dans un autre registre)

N°3 : « Fake Love », BTS



Forcement, tout le monde connait les BTS... On les trouve même à la FNAC maintenant. Les habitués du blog ont dû deviner que je suis très peu porté boys band en matière de pop, et ce groupe de beaux gosses est vraiment le porte-étendard de la pop masculine coréenne. Plus que leur musique, c’est surtout cette folie autour du groupe à chaque sortie qui m’intrigue.
Pour autant, je fus assez bluffé par ce titre des BTS que je trouve tellement stylé et bien construit ; il a une esthétique assez folle avec l’ambiance changeante accompagnée par celles des couleurs, les décors, etc. Chapeau, un très beau clip, rien à y redire, tout y est soigné.
J’ai d'ailleurs plutôt bien apprécié aussi leur dernier « idol » et cet égoïsme assumé.

N°2 : « BAAM », MOMOLAND



Alors, là, ce fut très dur de départager entre ces deux clips : « BBoom BBoom » et « BAAM ». Je pourrais les mettre  tous les deux à cette place ; il faut aussi reconnaître qu’ils partagent beaucoup de points communs, que ce soit dans le rythme, ce titre percutant régulièrement répété dans la chanson, le côté déjanté de la mise en scène. J’ai vu d'ailleurs que beaucoup de monde reprochait au second de trop ressembler à « BBoom BBoom », toutefois je trouve que chacun des clips a sa propre identité.
Finalement, je me suis donc tourné vers « BAAM », il fallait faire un choix. En fait, musicalement j’aime tout autant les deux, mais j’adore ici particulièrement l’univers totalement fantaisiste ; on passe de l’Égypte, à la Chine puis à une France aristocrate, le tout sans aucun lien logique et dans une ambiance très colorée, avec ici et là des touches moderno-futuristes, et aussi et surtout beaucoup d’humour. Ce mélange est inventif et délirant, ça fonctionne extrêmement bien, surtout avec cette chanson bien rythmée. J’apprécie aussi beaucoup ces rythmes lancinants qui alternent avec des sonorités modernes. La chorégraphie fonctionne bien, mais de ce côté j’ai une petite préférence pour « BBoom BBoom » et ces mouvements d’ondulation totalement hypnotiques.
En fait, si les Momoland venaient en France, je crois que c’est bien un groupe pour lequel je me déplacerais.

N°1 : « My Copycat », ORANGE CARAMEL



Aaah, Orange Caramel. Je vais déjà dénoncer lâchement quelqu’un, oui ! J’en veux fortement à Mila de m’avoir rendu addict à leur musique. C’est en effet elle à travers une playlist pour me faire découvrir la "K-pop" qui m’a fait les découvrir. Et j’ai eu une phase dangereuse où je m’orangeais-caramelisais... je ne vous dis pas les effets. J’ai cru y passer. 
C’est donc avec le clip de « My Copycat » que j’ai commencé. C’est tellement triste que ce groupe soit désormais séparé... Leur musique est tellement réjouissante.
Ce clip et la musique, c’est un concentré de folie. C'est bourré... d'idées déjantées : entre les jeux de type "où est Charlie ?", les jeux des sept erreurs, mais même les décors, les habits, en fait tout est  un grand n’importe quoi. Et malgré ce grand fourre-tout coloré, Nana, Raina et Park Soo Ah réussissent à rester tellement sexy. Une prouesse. En fait, vous l'aurez peut-être deviné avec le précédent titre de Momoland, j’aime la K-pop quand elle fait preuve de cette folie ; les Coréens peuvent justement être très fort dans ce registre comme en témoigne ces deux clips.
Sinon, je cite ici « My Copycat », mais j’ai aussi beaucoup d’amour pour « Lipstick » et ces parties endiablée de ping-pong ou encore « Catallena » et ses femmes-poissons en barquettes soldées. Oui, Orange Caramel est mon groupe coréen préféré... mais un groupe qui s’est depuis séparé. C’est peut-être mieux pour moi de rester ainsi dans la nostalgie d’une époque révolue que j’aurais aimé connaître ; si elles avaient été encore en activité, cela aurait pu être clairement dangereux.

** ** **

Voici pour un petit classement qui pourrait beaucoup évoluer en fonction de mes découvertes musicales, mais il fallait faire des choix. Quoi qu’il en soit, je pense que les Momoland et Orange Caramel garderont très longtemps les deux premières places de ce classement (elles auraient pu occuper tout le top en fait sans ma règle d’un clip par groupe). D’ailleurs, je trouve que les Momoland surtout avec leur deux derniers titres que j’ai cités ici sont en fait dans la droite ligne de ce qu’offraient les Orange Caramel, surtout en ce qui concerne « BBoom BBoom » pour l’humour et la mise en scène du clip ou ses mélodies répétitives. C’est sans doute pour ça que j’ai assez vite accroché en fait. Comme je le disais, c’est peut-être cette facette de la K-pop que je préfère.
Et vous ? Que pensez-vous de ce top ? Quel serez le vôtre ? J’aime beaucoup découvrir de nouveaux titres, alors n’hésitez pas à en partager.

jeudi 6 septembre 2018

Découverte musicale : =LOVE, devenir une idol aimée des fans

© =LOVE
Je vais me mettre à la rédaction de ce billet que je n’avais pas prévu pour aujourd'hui. Cependant les =LOVE (イコールラブfêtent aujourd’hui leur première anniversaire : leur premier qui porte le même nom que le groupe était en effet sorti le 6 septembre 2017. Vous les connaissez peut-être déjà, notamment parce qu’elle était venue à Japan Expo cette année.
C’est l’occasion de revenir sur ce groupe d’idols dont le but est devenir des idols parfaites aimées par leurs fans. Cette journée a d’autant plus était marquée par la diffusion d’un nouveau clip pour la sortie du prochain single et, chose des plus appréciables, la diffusion en direct de leur concert événement sur YouTube.

Quelques liens : Site officiel || Twitter || YouTube

En effet, dans un premier temps, les =LOVE vont bientôt et déjà sortir leur quatrième single. Celui-ci est prévu pour le 17 octobre prochain, en voici la face A avec « Want you! Want you! » :


On retrouve les 11 membres (et non plus 12) de =LOVE (je n’ai pas encore en tête tous les prénoms, celui de Kiara étant le plus facile à retenir, vous devinerez ensuite pourquoi) dans un nouveau clip particulièrement coloré et joyeux, avec une ambiance qui se prête totalement pour fêter le premier anniversaire du groupe. Ce titre tranche aussi nettement avec la chanson principale du précédent single, sur lequel je reviendrai après. On est ici plus avec un hymne joyeux à l’amour. Celui est par ailleurs très facilement compréhensible pour les non Japonais avec une partie non négligeable des paroles en anglais (et les séquences en japonais se comprennent assez bien avec juste des notions de base) et il y a même une séquence de "je t’aime" en plusieurs langues dont le coréen, l’italien et aussi le français. C’est joliment cute tout ça.

Très japonais dans le style et l'ambiance, ce clip d’idols est quand même pensé pour toucher aussi les fans internationaux, ou tout du moins pas les laisser de côté. Et là, tu repenses forcement au fait que les =LOVE sont chez Sacra Music, un label de Sony qui est plus orienté international (on y retrouve surtout des artistes anison comme LiSA ou Eir Aoi). Tu repenses aussi au fait que le groupe était venu à Paris dès leur première année et faisait alors partie des groupes ayant droit à la scène principale karasu. Et là, aujourd’hui, ils diffusent le concert des 1 ans sur YouTube. Franchement, ces initiatives me plaisent. Je râle quand c’est le contraire avec des artistes que j’adore, mais il faut aussi souligner ce genre d’ouverture, où tout du moins quand tu ne sens pas exclu. (Et ça donne bien plus envie de s'investir pour le groupe !)

=LOVE  - イコールラブ
J'avais donc même l'écharpe pour vivre le concert sur YT~

Comme je le disais donc, les filles célébraient aujourd’hui cet anniversaire avec un concert au Zepp DiverCity de Tokyo et celui-ci a été diffusé en direct sur YouTube (entre 11h30 et 12h50 environ en France). Je suis tombé sur l’info totalement au hasard ce matin, mais je ne pouvais pas louper ça. J’avais vraiment adoré le showcase des =LOVE à Japan Expo. C’est donc avec plaisir que je les retrouvais pendant plus d’une heure avec un spectacle alternant l’interprétation de leurs principaux titres et des emcee lors desquels étaient diffusées des vidéos pour retracer cette première année particulièrement riche. (Par contre, où alors je l’ai raté, aucune image de Japan Expo.)

=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018
=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018
=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018=LOVE  - イコールラブ - concert 09-06-2018

Rien à redire sur le show, il a été parfaitement maîtrisé ; elles sont assez jeunes (même si les plus âgées ont quand même autour de 18 et 20 ans) mais elles savent très bien occupé la scène et faire le spectacle. J’ai retrouvé lors de ce live ce que j’avais aimé à Paris. Le meilleur moment reste quand même la succession si efficace de « Teokure Caution / 手遅れcaution » et « Kiara, Tasuke ni Kitazo / 樹愛羅、助けに来たぞ », provenant de leur excellent troisième single. Ce passage est vraiment un moment excellent à vivre avec deux titres bien différents mais si réussis ; en live, à Japan Expo, ce fut déjà mes morceaux préférés. J’adore le côté sérieux de la première chanson et la chorégraphie classe qui l’accompagne, tout en contraste avec le second bien plus chaleureux et des jeux sur scène réjouissant.

« Teokure Caution / 手遅れcaution »

« Kiara, Tasuke ni Kitazo / 樹愛羅、助けに来たぞ »

Évidemment, ce concert a été l’occasion de présenter le nouveau single du groupe (et un uniforme très sympa... même si je suis fan de leur seifuku sombre de la partie précédente). Cette présentation était réservée au rappel, avec l’interprétation de « Want You! Want You! » - bien sympathique mais à parfaire - ainsi que de la diffusion d’un making-of plaisant, en particulier ce moment avec le cadis. La toute dernière partie n’était pas diffusée sur YouTube, elle était réservée à ceux qui étaient au concert (et qui donc avait payé pour y être). Mais ce n’est pas dommageable, on a quand même eu droit à la diffusion d’un concert des =LOVE pendant presque 1h30, et c’est franchement chouette.

=LOVE  - イコールラブ - Want you! Want you!=LOVE  - イコールラブ - Want you! Want you!
=LOVE  - イコールラブ - Want you! Want you!=LOVE  - イコールラブ - Want you! Want you!

Je vais donc clore ce billet avec ces dernières images du concert des =LOVE. Je vais prendre le temps de visionner maintenant les derniers épisodes du documentaire régulièrement postés sur leur chaîne. =LOVE est en tout cas vraiment un groupe que j’ai appris à connaître cet été ; avant Japan Expo, je les méconnaissais et désormais, c’est un groupe que je souhaite suivre avec attention pour voir où le chemin qu'elles tracent ensemble les conduira. C’est forcement une formation qui plaira surtout aux amateurs/trices d'idols, mais, si vous ne connaissez pas, laissez leur une petite chance, elles le méritent !