vendredi 10 mai 2019

Et si on reparlait des ONE CHANCE ?

ONE CHANE - Jmusic - Avex

J'avais en effet envie de reparler des ONE CHANCE sur ce blog ! Je vous avais présenté ce jeune groupe féminin porté par Avex en septembre dernier. Celui-ci est composé de dix membres (que vous pouvez redécouvrir sur cette page) avec comme motivation former un groupe axé danse et chant.

Quelques liens : Site officiel | Twitter | Instagram | Facebook | YouTube

ONE CHANCE poursuit depuis sa petite route en enchaînant entraînements, activités ainsi que des performances dans différents festivals au Japon mais aussi à l'étranger. Elles avaient en effet été en décembre à Taïwan au COOL JAPAN FEST 2018. Leur chaîne YouTube regroupe justement quelques vidéos de cet événement pour se faire une idée de leur prestation sur scène - voir la playlist - et apprécier ainsi cette belle séquence de titres et de leur chorégraphie bien dynamique. En voici un petit résumé :

COOL JAPAN FEST 2018, Taïwan
(Avex... donc si besoin voici le lien vidéo)

Je continue donc à suivre ce groupe tout en espérant qu'Avex leur donne la chance de se lancer véritablement, avec un premier CD qu'elles méritent amplement. J'imagine que l'ancien public du groupe d'idols GEM (dont proviennent Sara, Jurin, Kako et Hirari) l'attend aussi. Toutefois, même en dehors du Japon, on peut déjà tous profiter d'un ensemble de quatre chansons disponibles sur les différentes plateformes de streaming, comme Apple Music ou Spotify. Si je devais faire un choix, mon titre préféré serait « Don't think, feel » suivi de celui que je vais mentionner après. Si vous ne connaissez pas encore ce groupe, je vous encourage vraiment à écouter un peu ces titres aux sonorités modernes et dynamiques. Ou alors à profiter des vidéos de danse si classes ? Ce sont en effet de vraies danseuses ; elles ne dansent pas seulement pour effectuer la chorégraphie qui accompagnerait chaque chanson ; la danse est vraiment ce qui les réunit, elle est au cœur de leur projet. Un exemple :

« 私には夢がある / Watashiniha Yume ga Aru (= j'ai un rêve»
Vidéos : Partie 1 | Partie 2

Showroom constitue un bon moyen pour suivre les différentes membres du groupe. Pour ma part, je suis essentiellement Ryoko Shimizu, Airi Hisatomi ou Anju Takeuchi, mes membres préférés du groupe. Je suivais aussi régulièrement Anna et Hirari (celles qui chantent le plus sur scène) avant, mais, dernièrement, il semblerait que je ne suis pas du tout dispo aux bonnes heures. Puis, c'est quand même toujours assez sympa quand elles reconnaissent ton pseudo (comme tout à l'heure avec Luna, alors que je n'avais pu la suivre quelques semaines), parfois même en répondant avec de petits "bonjour" ou "merci" en français. ONE CHANCE est aussi présent sur TikTok avec évidemment très souvent des petites perfs improvisées 'à la TikTok' ou plus en mode danse (comme ici avec la (très belleSara). Évidemment, il y a Instagram (Anju est très active dessus) ou Twitter.

Si ONE CHANCE n'est pas encore le nouveau E-girls, pas en terme de talent mais en terme de reconnaissance, elles ont pourtant vraiment de vraies qualités pour percer. J'espère sincèrement qu'Avex leur donnera véritablement une chance. Si vous avez l'occasion et l'envie, je vous invite vraiment à découvrir leur musique, leur danse. De mon côté, je vais en tout cas continuer à les suivre, attendre les prochaines vidéos, et continuer à leur dire coucou lors de leurs prochaines apparitions sur Showroom.

samedi 4 mai 2019

Découverte musicale : ONEPIXCEL, vers un bel horizon bleu

OnePixcel - ワンピクセル - Ami Kanuma (鹿沼亜美), Nanami Tanabe (田辺奈菜美) et Ayaka Den (傳彩夏)

Petite présentation d'artiste avec un groupe, un trio d'idols que je me suis mis à beaucoup écouter depuis le début de cette année : ONEPIXCEL. Cette formation est actuellement composée (depuis la gauche sur l'image ci-dessus) de Ami Kanuma (鹿沼亜美), Nanami Tanabe (田辺奈菜美) et Ayaka Den (傳彩夏).
J'ai découvert en fait ce groupe féminin l'année dernière sur le blog de Gru! toujours riche en découvertes musicales. Elle y postait alors notamment leur dernier MV en date « Sparkle », un titre que j'avais vraiment bien aimé et qui m'avait familiarisé avec ces idols. Toutefois, noyé dans le riche flot de l'été, je n'avais pas poussé ma curiosité beaucoup plus loin. Erreur corrigée depuis.

Quelques liens : Site officiel | Twitter | InstagramYoutube (Playlist MV)

En effet, au début de l'année, par le hasard de la navigation sur YouTube, je suis retombé sur le nom de ce groupe avec un clip que je ne connaissais pas : « Girls Don't Cry » sorti en novembre 2018 (et titre principal de leur troisième single en major sorti le 5 décembre). Et là, magie de la découverte, ce fut le coup-de-cœur. 

« Girls Don't Cry »

Ce clip, après un survol au-dessus de la ville débute de façon assez mystérieuse, la caméra tourne autour des membres assez longtemps et, quand ils croisent la caméra, les regards d'Ami, Ayaka et Nanami sont lointains. Ne pas pleurer et l'accepter ; ne pas oublier et ne pas fuir. Ces séquences dans la ville - qui diffèrent beaucoup de leurs clips précédents -, où on les suit souvent en train de marcher, contraste avec celle en intérieur beaucoup plus dansante, notamment lors du refrain plus rythmé parsemé de séquences en anglais. Sans être extraordinaires, par leur ambiance, le rythme et le style de la musique, la chorégraphie simple mais efficace et bien menée, le clip et la musique m'ont directement parlé dès la  première fois. Depuis, ce titre tourne en boucle très régulièrement chez moi avec quelques autres du groupe. J'apprécie aussi particulièrement le niveau de danse des trois jeunes femmes, bien au-dessus de la moyenne (cette vidéo le montre bien par exemple).

« Sparkle »

Comme quoi tout peut changer avec un seul clip, si « Sparkle » m'a fait découvrir le groupe, c'est bien « Girls don't cry » qui me l'a fait aimer. Forcement après, on voit les autres titres différemment, on s'y attarde, on les écoute et on les regarde avec plus d'attention. Par exemple, « Sparkle » est en fait si prenant avec ce rythme frappé régulier.
Il est vrai, pour reprendre les commentaires de Gru!, on ne peut pas exclure une certaine influence de Perfume (notamment dans « LACRIMA », voir plus bas), au-delà du fait qu'on est ici une formation de trois jeunes femmes. Malgré ces quelques élans d'électro et ces jeux de lumière, ONEPIXCEL officie dans un registre assez différent pour moi, à la différence du trio kolme par exemple (et encore, ce serait mal de réduire ce groupe à cette seule influence). D'ailleurs, quand on s'attarde sur les débuts du groupe, avec leur premier single indies, leur titre « Analoganize » (ci-dessous) donne un ton musical rock bien différent (et fort sympa) alors que « TONDEKE » offre un titre bien plus pop, joyeusement rythmé (ce que j'aime), très idol si on peut dire ça.

« Analoganize »

Si on remonte justement aux origines de groupe, ONEPIXCEL fut donc fondé en septembre 2015 et le groupe comptait alors quatre membre ; Raia Kozuka le quitta un an plus tard. Après deux singles en indies (et un mini-album), elles sont passées en major en signant chez Nippon Columbia avec un premier single nommé LACRIMA publié en mars 2018. Le titre principal de celui-ci (ci-dessous) ne fut pas moins que l'un des endings de la série Dragon Ball Super. Étant donné la renommé de cette licence, on peut imaginer la retombée positive pour le groupe. Ceci se ressent fortement avec le compteur de vues du clip sur YouTube, plus de 3,5 millions de vues, très largement au-delà de toutes leurs autres vidéos.

« LACRIMA »

Cette période de changement de label a été notamment marquée par la sortie de leur premier album monochrome dont le titre signature est l'un de mes préférés du groupe. Je les trouve toutes trois magnifiques dans ce décors figé avec cette dominante bleue propre au groupe. En fait, quand on regarde les clips dans leur ordre de sortie, je trouve que « monochrome » montre une rupture, une certaine maturité atteinte par les filles (en comparaison avec par exemple du pourtant bien joli « sora » sorti seulement quelques mois avant) et leur style qui promet beaucoup plus de choses malgré ce que le titre de la chanson laisse entendre. Si ce n'est avec les quelques vidéos postées sur leur chaîne déjà bien convaincantes, je ne me suis pas encore trop attardé sur des extraits de live pour apprécier leur prestance sur scène, face au public.

« Monochrome »

OnePixcel - ワンピクセル - CD

Le groupe enchaîna ensuite l'année 2018 sur un beau rythme de croisière, avec le 2e single Sparkle qui sortait donc en août accompagné de ses déhanchement introductifs et ses claps de mains, puis l'excellent Girls Don't Cry qui paraissait en décembre. Je suis désormais dans l'impatience de la sortie de leur prochain single (et de la parution du MV) Final Call qui va sortir le 5 mai 2019 prochain. Les illustrations utilisées (dont celle en tête de ce billet) laissent penser à un clip plus coloré.

En patientant, je me suis procuré une bonne partie des CDs de leurs précédentes sorties (qui m'attendent sagement en France) afin de me préparer à suivre et à mieux connaître ONEPIXCEL, un groupe qui me plait de plus en plus au fur et à mesure des écoutes.

Allez, on va finir ce billet avec un petit coup d’œil vers le groupe sœur des ONEPIXCEL, les plus jeunes PiXMiX formées de six membres (lancées en 2017). Leur seul clip dispo et joyeux « Pump it up! » laisse entrevoir des influences musicales assez proches. À voir si elles parviendront à suivre le même très beau chemin qu'a ouvert ONEPIXCEL.

vendredi 3 mai 2019

Sélection musicale du mois de février 2019

Je vais essayer de me reprendre un peu en main et relancer progressivement le blog après quelques mois pendant lesquels j'ai un peu perdu, plus ou moins contre mon gré, ma motivation ici. Le billet qui va suivre a été en grande partie rédigé début mars... du coup, on va faire comme si on y était encore (ou presque)... Let's go.


Le dernier mois de février a justement été un mois vraiment intéressants côté musique japonaise avec deux retours que j'attendais beaucoup : les DA PUMP avec un nouveau single après le succès monstre que fut « U.S.A ». et Sekai no Owari avec leur nouveau double album. Mon mois de février a aussi été rythmé par toute la promo pour le premier best-of CAM ON! de Sakurako Ohara (sorti depuis le 6 mars).

Mais commençons donc déjà avec les DA PUMP qui avaient signés une année 2018 remarquable avec un titre « U.S.A ». qui avait affolé les chartes musicaux (seul l'inébranlable Kenshi Yonezu restait et reste intouchable). Forcement, on ne pouvait que scruter, avec attention, leur nouveau single qui est donc sorti le 6 février dernier : « 桜 / Sakura ». On revient avec ce titre dans une ambiance bien nippone après une excursion outre-pacifique.
Sans être au Japon, difficile de se faire un avis comme ça sur l'impact réel de ce nouveau titre, mais (comme cela était prévisible) il fonctionne moins bien : au classement du Recochoku de février, il occupait une timide 23e place. La vidéo du clip (ci-dessous) cumule désormais quand même plus de 6 millions de vues sur YouTube, ce qui reste très honorable.

« Sakura », DA PUMP
Vidéo Avex : lien YouTube

Quoi qu'il en soit, personnellement, j'aime beaucoup ce titre tout comme le clip que je trouve vraiment très chouette. L'esthétique est soignée avec des montages volontairement old-school mais visuellement cool ; le style vestimentaire colle bien au groupe et au titre. La musique est quant à elle un peu moins catchy que leur précédent tube, tout comme la chorégraphie, mais l'ensemble est en fait plus intéressant je trouve. ISSA et son groupe mériteraient vraiment de marquer cette année avec ce titre ; je leur dédie au moins ce billet.
Par contre, je ne sais pas trop pourquoi (politique d'Avex ?), il était impossible d'acheter ce single directement sur CDJapan.

On va désormais faire un détour du côté d'un groupe d'idols que je n'écoutais jusqu'à présent que très rarement : les UP UP GIRLS kakko KARI (un des nombreux groupes d'Up Front!) avec « キミロス / The loss of you » avec un clip publié sur YouTube à l'occasion de la sortie de leur nouveau single le 19 février. 

« The Loss of You », UP UP GIRLS kakko KARI

J'ai adoré dès la première écoute. J'avais alors lancé la vidéo juste par curiosité, tout en faisant autre chose. Puis, ce moment où la première fois où elle chante "moo inai", je n'ai plus détourné le regard et les oreilles. La musique est vraiment réussie.
En fait, je n'ai pas encore pris le temps de vraiment revoir en détail tout ce qu'elles ont fait, mais il y a plein de choses qui me plaisent avec une musique bien dynamique comme j'aime chez les idols.

Alors, ce coup-ci, on va faire une brève excursion fin janvier car il s'avère que j'avais alors totalement raté à ce moment la sortie du clip du premier single japonais du groupe nippo-coréen IZ*ONE : « 好きと言わせたい / Suki to Iwasetai ». À l'heure que je reprends ces lignes, nous sommes désormais en mai, et ceux/celles qui me suivent sur Twitter savent peut-être déjà que je suis depuis devenu fan de ce groupe... En effet, après cet excellent titre, côté Corée, elles m'ont définitivement conquis avec « Violeta ».

« Suki to Iwasetai », IZ*ONE

Ce titre est un mixte assez détonant, intéressant et grisant. Personnellement, même s'il est sympa, j'avais alors bien moins accroché à « La Vie en Rose » de leur premier mini-album coréen (avis révisé depuis). En fait, justement, il était fait pour parler à un public habitué à la K-pop. Parallèlement, « Suki to Iwasetai » était la réponse idéale : on retrouve le même groupe mais avec une musique faite pour plaire au Japon. On va retrouver ce qui est si agréable dans les MVs coréens : c'est (très) beau, la chorégraphie millimétrée est hypnotique. Toutefois (sans opposer les deux), à côté, l'ensemble reste essentiellement japonais à mes yeux, par les paroles évidemment, mais aussi par sa musique, une partie de sa chorégraphie, avec des plans sur les chanteuses qui sont autant hypnotiques. Je ne compte pas le nombre de fois que j'ai depuis regardé ce superbe clip.
Ce premier titre japonais des IZ*ONE m'a finalement pris par la main, bien fermement mais sans violence, afin de m'amener avec plaisir dans l'univers nippo-coréen de cet excellent groupe.

Allez, parlons maintenant un peu de Sekai no Owari. En effet, Après plusieurs années sans, le groupe est revenu ce 27 février avec pas moins que deux albums d'un seul coup Eye et Lip. Et pour célébrer cela, quelques jours auparavant, ils lâchaient sur YouTube le clip de « LOVE SONG », un concentré de leur savoir-faire, de leur talent, de la magie de leur musique. Tout est génial dans cette chanson tout comme dans le clip. Celui-ci m'a donné des frissons avec ce gamin, cette ambiance qui va à l'opposer du titre de la musique.


« LOVE SONG », Sekai no Owari

En fait, c'est vraiment dommage que Sekai no Owari ne semble pas réussir à percer en dehors du Japon (même s'ils tournent un peu en Asie). Ils ont une musique qui peut pourtant parler bien au-delà des leurs frontières nationales, avec en plus un sens du spectacle phénoménale sur scène. End of the World pourrait devenir un des ambassadeurs de la musique japonaise, au-delà du seul public restreint des fans de J-music.

Côté Hello! Project, les Tsubaki Factory m'ont fait plaisir en février. J'ai pu dernièrement exprimer un peu, ici et là, ma tristesse de ne pas trouver de nouveaux clips que j'adore chez le H!P et ses nombreux groupes. Les filles reviennent cette fois-ci avec un nouveau single sorti le 27 février qui contient entre autre « 三回目のデート神話 / The Myth of 3rd Date » qui me plait cette fois-ci vraiment beaucoup.


« The Myth of 3rd Date », Tsubaki Factory

J'y retrouve un rythme très rapide, une musique qui accroche, une réalisation visuelle tout aussi dynamique toujours en mouvement avec plein d'effets. Allez, on peut regretter que nos idols restent dans une thématique romantique si classique dans le contenu des paroles (H!P oblige), mais avec cet habillage musical, ça passe crème et j'aime.
La deuxième face du double-single nous offre une ballade plus classique mais plutôt jolie avec  de chouettes alternances solo/groupe avant le refrain.

Petite sélection musicale en vrac : — Tout d'abord avec un très extrait de live (un bien belle voix !) par Meimi Tamura (une ancienne membre du groupe d'idols Angerme du H!P) désormais en solo chez Victor Entertainement. — Si Kalafina n'est plus, malgré nos regrets, ses trois chanteuses ne vont pas s'arrêter là, notamment Wakana qui a un début d'année déjà bien actif. — Dans les groupes masculins, qui j'avoue ne sont pas légion sur ce blog, frederic reste une valeur sûr et leur dernier album en est la preuve parfaite ; pour accompagner cette sortie, voici l'un des MV du groupe mis en ligne en février. — J'ai déjà tout le bien dont je pense d'Harutya et sa voix féerique que j'ai découvert avec ses reprises/titres en compagnie de Kobasolo ; voici une autre reprise qu'elle avait publiée sur sa propre chaîne YouTube. — Une jolie découverte plus récente : AliA est un groupe au son et à l'ambiance rock qui mérite un peu d'attention ; ils ont d'ailleurs sorti le clip d'un très bon titre en février.

Oui, on va conclure ce billet avec la plus talentueuse des chanteuses japonaises (oui, oui, il n'y a pas de doute ! Et en tout objectivité~)...


« Chippokena Ai no Uta », akurako Ohara

... Je parle bien évidemment de Sakurako Ohara qui a sorti ce 6 mars son best-of anniversaire CAM ON! En février, avant cette sortie, était alors publiée une première vidéo de l'une des reprises de titres importants, ici « ちっぽけな愛のうた / Chippokena ai no uta ». Cette chanson est un régal, un titre d'une intensité folle, en particulier quand elle la chante sur scène ; elle me donne alors toujours des frissons, quelque soit le nombre de fois que je revisionne ses concerts. Ce réenregistrement est magique, tous ces instruments permettent même de redécouvrir la musique sous une nouvelle facette. Et Saku-chan est juste superbe dans cette vidéo. Vivement que je mette la main sur mes albums (en trois versions !)... ah, nan, je les ai bien eu depuis et je suis très content de les avoir. Ecoutez la musique de Sakurako Ohara, votre cœur ne s'en sentira que bien mieux ; testé et approuvé !

** ** **

Cette sélection ne reflète peut-être pas forcement la folie que fut février pour moi côté J-music avec plusieurs dizaines de CDs commandés ou reçus. Je peux enfin me faire réellement plaisir côté achats et je n'hésite pas à en profiter, même si vivre entre deux pays et recevoir ces CDs de si loin est un vrai problème logistique. Quoi qu'il en soit, c'est étrange, à reprendre ce billet, je me rends compte que février fut quand même un bon mois, alors que, personnellement, j'ai un avis mi-figue, mi-raisin sur ce début d'année 2019... En fait, c'est sans doute un bon gros caprice d'enfant gâté qui en veut toujours plus ; quand je regarde avec plus d'attention mes playlists mensuelles et mes listes d'achats, il y a plein de belles choses.

Allez, je vais tâcher de continuer à me motiver pour sortir, dans pas trop longtemps, ma sélection pour les mois de mars et d'avril. En tout cas, pour faire encore un bon plus en avant, après seulement trois jours en mai (et en période Reiwa), je me suis pris déjà une grosse claque avec les =LOVE en guerre contre les couettes, et plein de paillettes dans les yeux avec les Nogizaka46 qui transforment un clip en un magnifique tableau d'artiste. Ouais, je spoile le billet pour mai, mais c'est pour votre bien~

mardi 5 février 2019

Sélection musicale du mois de janvier 2019

Pour ma part, 2019 a débuté à un rythme effréné, bien plus que je ne l'aurais imaginé. Les journées de boulot et le reste me laissent régulièrement sur les genoux en fin de journée. J'essaye tant bien que mal de suivre l'actualité côté J-music. Le blog aussi est du coup laissé un peu de côté alors que j'avais envie de bien m'y remettre. La conclusion de mes bilans musicaux attendra donc (et pour le bilan dramas, aucune idée quand/si..), je vais me limiter aujourd'hui à revenir sur les sorties de clip de ce premier mois de l'année. Alors qu'est-ce qui a retenu mon attention ?

On va commencer avec le clip le plus classe, le plus beau, le plus séduisant, le plus-plus de ce mois de janvier. Il s'agit de « 紅のドレス / Kurenai no doresu » signé par le groupe Flower, un retour après une assez longue absence. Celui-ci est formé par cinq membres du girls band populaire et prolifique, les E-Girls. Elles signent ici un titre totalement envoûtant avec sa mélodie, ses visuels écarlates. C'est beau. Je suis tombé sous le charme dès le premier visionnage et je ne m'en lasse pas. Je vous laisse donc avec elle, oui, autant les laisser expliquer directement le pourquoi de ce choix :

Vidéo Avex, donc ici le lien vers YouTube.

En effet, c'est une version courte... Mais elles sortent un nouvel album F le 27 mars prochain qui contiendra justement ce superbe titre. Je l'ai pré-commandé évidemment.

On enchaîne directement et sans transition avec les GIRLFRIEND qui reviennent enfin avec un tout nouveau single qui sortira le 27 février prochain. À cette occasion, sur la chaîne YouTube d'Avex, est diffusé depuis quelques jours le joyeux « ヒロインになりたい / Heroine ni naritai ». Un peu moins rock que d'habitude dans l'ambiance, elles n'en signe pas moins un titre vraiment très agréable  et qui me satisfait amplement, surtout que j'attendais avec un peu d'impatience une nouvelle sortie de leur part (on avait en fait surtout droit dernièrement à des vidéos de reprises, certes très chouettes).


Quittons la pop-rock japonaise pour un autre style musical tout aussi nippon, avec les idols Juice=Juice. Les différents groupes du Hello! Project commencent à faire la promotion en ce début d'année de leurs nouveaux singles. « 微炭酸 / Lighty Sarkling » des Juice=Juice est ainsi celui qui a le plus retenu mon attention avec une petite ambiance électro-pop accrocheuse et un refrain efficace. Malgré cela, j'attends toujours chez le H!P ce titre qui me fera bondir et rebondir, cela commence à faire quelque temps que je n'ai pas eu de réel coup-de-cœur avec leur musique. Reste à patienter et espérer et quand même profiter de toutes ces petites mélodies :


Le passage de témoin est toujours une étape difficile sur piste, comme au sein d'un groupe porté en partie par la popularité de sa leader. Quoi qu'il en soit, le premier single des NMB48 sans Sayaka Yamamoto (et le 20e du groupe), promet du très bon, à l'image de ce clip « 床の間正座娘 / Tokonoma Seiza Musume ». J'espère donc qu'il marchera bien dans les charts. Je suis assez content du dynamisme et de l'aspect général très coloré, même saturé, du titre. Niveau instrumental, la cadence derrière est vraiment très élevée, pas de repos, ce qui ne va pas me déplaire. La chorégraphie ne me convainc pas entièrement, mais ça passe quand même ; ça doit même surtout mieux rendre sur scène j'imagine. Du côté des faces b, ma préférence ira vers la team N.


On va rester du côté des idols avec un groupe qui s'est fait remarquer l'année dernière à Japan Expo en France et qui va également revenir là sous peu à Japan Expo Sud. Je parle bien évidemment de kolme (anciennement appelées callme) qui ont sorti le 30 janvier dernier leur nouvel album Hello kolme. À cette occasion ce groupe a diffusé sur la chaîne d'Avex un nouveau clip « Tie me down » caractéristique du style musical de ce groupe qui parle(ra) sans aucun doute aux amateurs de Perfume. Mais pas seulement, si  le lien est indéniable, on retrouve chez elles des élans musicaux qui leur sont bien spécifiques comme ces influences jazz. Et, à la différence des Perfume, elles écrivent elles-mêmes leurs chansons, les composent, créent les chorégraphies, etc. Des idols, mais des artistes avant tout.


On va conclure ce petit tour de vue de janvier avec une reprise d'un titre ultra connu par Kobasolo, accompagné cette fois-ci par Wakana (若菜 - Instagram). Ils interprètent donc ici « 残酷な天使のテーゼ / Zankoku na Tenshi no Teze » de Yôko Takahashi, le fameux générique de Neon Genesis Evangelion chantés et repris des milliers de fois. Pas besoin de revenir sur ce titre emblématique de l'anison donc. Je ne connaissais pas Wakana et je trouve sa première collaboration avec Kobasolo vraiment très réussie. Elles chantent cette chanson en respectant pleinement le titre original mais tout en apportant sa touche, avec une très belle voix. Beaucoup de potentiel musical avec ce timbre. J'espère la réentendre prochainement et la voir pourquoi pas se trouver une place dans le monde de la musique.


EDIT : Je vais quand même éditer ce billet... car j'avais raté le dernier clip de frederic qui était sorti le 24 janvier avec comme titre un néologisme « スキライズム / Sukiraism ». La première partie est assez classique, avec des mélodies et ce rythme circulaire habituels (mais toujours aussi efficaces) du groupe. Puis, progressivement ce titre tout en mouvement, limite à donner le tournis, prend de l'ampleur et une réelle identité avant de se finir... brutalement, comme une personne qui tombe après avoir tourné, tourné et tourné sur lui-même. Bref, un nouveau titre réussi pour ce groupe masculin de rock au style bien reconnaissable qui mérite d'être encore plus connu, et pas qu'au Japon.
À noter que ce titre se retrouvera dans leur second album qui va sortir le 20 février prochain.



** ** **

Mine de rien, à me relire, 2019 commence assez timidement côté clips alors que j'ai enchaîné parallèlement les commandes à un rythme très soutenu. Sans les Flower, je n'aurais pas eu de véritable surprise. Cependant... Sakurako Ohara va sortir un premier album best-of ! Oui, oui ! Rien qu'une annonce de ce genre suffisait pour me combler  en janvier.
N'hésitez pas à réagir quant à cette sélection, partager ici vos propres coups-de-cœur. À bientôt pour un prochain billet (mais je ne sais pas quand). 

jeudi 3 janvier 2019

Bilan J-music 2018 – partie 2 : les albums et singles

Bilan 2018 - J-music - Aoi Eir

Nous voici désormais en 2019… Bonne année à toutes et à tous ! Merci de venir sur ce blog, occasionnellement, régulièrement ou même si vous y êtes simplement perdus. Je vais tâcher de continuer à alimenter ce petit coin du web en cette nouvelle année, toujours en parlant de musique et de dramas japonais principalement. 
Pour l’instant, je vais donc continuer mon bilan musical de l’année passée ; après un premier billet consacré à mes découvertes et à un top des clips de 2018, je vais désormais enchaîner avec deux nouveaux tops consacrés à mes achats : un premier dédié aux albums puis un autre aux singles que je me suis achetés cette dernière année (la sélection dépend donc de mes achats et non pas de l’offre globale en matière de J-music). Étant donné que j’ai la matière pour le faire, ces deux tops sont  uniquement dédiés à des sorties de 2018. 

Top albums 2018


Une nouvelle sortie album, c’est toujours quelque chose de spécial, notamment quand il s’agit d’un/e artiste que tu apprécies depuis déjà quelques temps. On va y retrouver des musiques qu’on aime, il y aura aussi les surprises, les éditions de ces albums sont souvent enrichies par des DVDs, des goodies. Une intense promotion accompagne ces sorties. Bref, c’est comme un petit cadeau de Noël à chaque fois. En début de carrière, un premier album est comme un top départ ; réussir ses débuts, c’est un bon signe pour la suite, il ne faut donc pas passer à côté.
Voici donc cinq des albums sortis en 2018 qui m’ont marqué :

Fairies, JUKEBOX5 – Fairies, JUKEBOX


Une tuerie. Cet album est juste excellent. C’est avec celui-ci que j’ai réellement redécouvert les Fairies, un groupe d’idols officiant pourtant depuis quelques années, 2011. Le groupe s’est stabilisé depuis 2017 avec cinq membres, un effectif qui je trouve lui va très bien. Concernant l’album JUKEBOX (seulement le second depuis leurs débuts), il regroupe les titres de tous les singles sortis depuis le précédant album de 2014. Cela couvre donc une large période, les filles ayant bien grandi depuis comme le montre l’ancien mais pas moins excellent « Bling Bling My Love » (2014). Cet ensemble est complété par une série de nouveaux titres dont l’excellent « Let it Go! » donc le clip live envoie tellement du lourd (et le concert dont il en est tiré est excellent !). J’ai déjà mentionné dans le billet précédent « Fashionable » dans lequel les Fairies sont tellement classes. « Alive » (voir la vidéo plus bas) est également une belle réussite et parvient à conclure tout en douceur un album bourré d’une épatante énergie.
On a au final un album qui m’a mis une belle claque. Je l’ai acheté dans sa version CD/DVD qui ajoute avec l’ensemble des clips des chansons qu’on y retrouve, ajout bien sympa. C’est vraiment un groupe (et donc un album) que je pourrais conseiller à un public peu habitué au monde des idols ; avec une musique très entraînante et dansante – les filles sont en plus de très bonnes danseuses – elles pourraient plaire à un public plus large, à la recherche d’une musique dynamique.

Lien vidéo | Fairies, « Alive »

Suzuki Airi, Do me a favor4 – Suzuki Airi, Do me a favor


J’ai déjà eu l’occasion de mentionner Airi Suzuki dans le billet précédent dans le cadre de mes redécouvertes musicales et de son excellent clip « Distance ». Do me a favor est donc le premier album de sa nouvelle carrière solo. Un premier lancement est forcément une étape risquée comme je le soulignais plus haut ; allait-il plaire ? le public allait-il suivre ? Avec des fans de la période des °C-ute déjà acquis, le risque était peut-être moindre,  mais quand même. Celui-ci est finalement une vraie réussite avec un panel de musiques variées et vraiment entraînante, avec de très belles fulgurances entre la pop et la pop-rock. L’ensemble est très bien équilibré et Airi m’étonne par ses capacités vocales ; niveau show, niveau danse, rien à y redire.
Souvent, dans un album, du fait du plus grand nombre de pistes, il y en a forcement quelques-uns que tu aimes moins, voire que tu as tendance à plus régulièrement sauter. Ce n’est pas le cas pour moi ici. Allez, « Story » sera peut-être le titre qui m’a le moins… étonné. En fait, celui-ci est très bon, mais tu sens vraiment que celui-ci a été écrit avec SCANDAL : c’est comme si Airi prêtait sa voix à une chanson dans leur album plutôt que l’inverse. Cela reste un détail.

Suzuki Airi, « Start Again »

Mon seul petit regret, ou mon erreur, c’est juste d’avoir pris la version simple et pas celle accompagnée du blu-ray avec les clips. Je réparerai cette erreur cela sans doute plus tard, en attendant, on retrouve nombre de ces vidéos sur sa chaîne YouTube, jusqu’à même des bonus ces derniers jours. En attendant, j’ai craqué pour un des t-shirts de la tournée Do me a favor ainsi que le photobook. Sans parler bien évidemment du coffret DVD du live du concert au Nippon Budokan… où elle assure le spectacle comme une cheffe ! J'y reviendrai sans doute.

Adachi Kana, Yeah! Yeah!3 – Adachi Kana, Yeah! Yeah!


Ma bouffée d’air frais de l’année. Ce premier album Yeah! Yeah! de Kana Adachi est un concentré de bonne humeur, de sourire, de cet optimisme que cette toute jeune chanteuse veut tellement partager avec son public. Elle conduit jusqu’à présent une jolie carrière, cela lui plait. Elle y prend beaucoup de plaisir et veut le partager. Je ressens vraiment cette envie de transmettre son état d’esprit rayonnant. Et ça fait du bien.
On retrouve dans cet album l’ensemble des titres de ses quatre premiers singles. Je l’ai déjà dit mais « Fure fure watashi / フレーフレーわたし » était mon ode à la joie de 2018. "Yeah, I can do it", cette phrase résume l’ensemble de la chanson, surtout si vous gardez en tête le beau sourire de Kana. Et si ce n’est pas encore ça, lancez la dernière piste (son premier single), « Egao no tsukurikata ~ kimuchi ~ / 笑顔の作り方 ~キムチ~ » (ici dans version originale de 15 seconde), pour simplement réapprendre comment sourire : écoutez, entendez-là prononcer cette petite phrase "Kimuchi!" et votre journée n’en sera que plus ensoleillée. Effet garanti, testé et approuvé !
Quelques surprises ponctuent également cet album, entre les pistes déjà connues, comme Watashi ima anata ni koi o shite imasu / 私今あなたに恋をしています (en version clip ou alors guitare à la main) qui nous amène joliment vers une belle balade sentimentale.
Kana Adachi est ma révélation de l’année et ce premier album ne m’a que plus renforcé dans ma conviction.

Fujiwara Sakura, Green2 – Fujiwara Sakura, Green & Red


Fujiwara Sakura, redAlors, dans ce cas, il s’agit en fait de deux mini-albums sortis au cours de l’année, green puis red, chacun avec six titres. Je vais toutefois les mentionner ensemble dans ce top car il s’agit en fait d’un diptyque très probablement pensé et écrit ensemble. Comme j’ai pu le mentionner dans la première partie du bilan, j’ai pleinement redécouvert Sakura Fujiwara avec ces deux CDs. Étant plus habitué à une pop japonaise classique, j’ai peut-être été aussi moins réceptif aux élans folks moins communs de cette chanteuse pourtant tellement talentueuse.
J’avais bien un peu écouté green quand je l’ai reçu, mais j’avais pas mal de choses à découvrir à ce moment. Puis il y a eu red. Plus attentif sans doute, je l’écoutai avec plus d’intérêt… et le déclic arriva. « Mais c’est génial ! » Là, je relance green, red, et encore green puis red, etc. L’univers de sa musique est tellement plaisant, apaisant. Il y a quelque chose de magique dans sa voix, dans son univers musical.
Chacun de ces deux mini-albums possède sa propre personnalité, mais ils sont également complémentaires. S’il y a un passage qui me plait encore plus que les autres, c’est la succession des pistes 4 à 6 de green. « Guru guru » a un rythme vraiment hypnotique avec cet instrumental qui captive l’oreille ; « bye bye » est superbe, intimiste, tu imagines Sakura s’installant sur sa chaise, prenant sa guitare, commençant à jouer et chanter sous une douce lumière, puis, petit à petit, des coins de la salle s’éclairent et d’autres instruments nous accompagnent, c’est beau ; on finit enfin avec « The Moon » (chanson thème pour le dernier Code Geass) d’une grande intensité. Red nous amène ailleurs, plus joyeux, on accompagne Sakura dans son périple, mais un périple simple et agréable comme une description d’un quotidien tranquille.


Fujiwara Sakura, « Mata Ashita / また明日 »

Ohara Sakurako, Enjoy

1 – Ohara Sakurako, Enjoy


Comment ne pas accorder cette première place à Sakurako Ohara et son dernier et troisième album Enjoy ? Alors on pourra sans doute me faire remarquer que je suis là encore moins objectif que d’habitude, et je l’accepte pleinement. Reste que cet album a rythmé une large partie de mon année musicale 2018, par l’attente, la découverte des différentes éditions, leur réception, l’écouter, le voir interprété sur scène, le partager. Et que dire de ces deux  belles éditions limitées (édition A & édition B) ? Ce fut un super moment que de les avoir en main et les ouvrir, ce sont de superbes objets.
Sakurako Ohara est ma chanteuse de cœur et tout simplement mon artiste préférée. Je vous encourage vivement à regarder un de ses concerts si vous en avez l’occasion/la possibilité. C’est là qu’elle exprime le mieux son talent !

Ohara Sakurako, album Enjoy, trailer

Quoi qu’il en soit, ce nouvel album Enjoy était là également pour célébrer la cinquième année de carrière (en major) de Saku-chan. Il regroupe bien évidemment ses derniers singles comme son populaire et beau « Hirari », ou encore le plus mélancolique « Sayonara » dans lequel Saku-chan est capable d’inscrire tellement de sentiments. Une nouvelle version de « Jet Set Music! » a été enregistrée et accompagne cet album clairement en vue de son interprétation sur scène par son dynamisme ; il est là pour faire la fête ensemble en musique. Ma plus belle surprise de cet album a sans doute été « Close to you » qui, malgré une sortie digitale avancée, m’était inconnu si ce n’est à travers quelques bandes-annonces. Cette musique est tellement belle, avec une réelle puissance émotionnelle ! Malgré cette diversité musicale, cet album était principalement mis sous l’accent de la joie, et cela est encore plus notable lors de ses lives. « Joy & Joy » est une magnifique chanson à ce titre, il n’y a qu’à se laisser emporter et apprécier l’ambiance. C’est ce titre qui clôture l’album, histoire de nous laisser dans un état d’esprit des plus agréables.
Oui, c’est clairement mon album de l’année.

LiSA BEST-Way- & BEST -Day-LiSA BEST-Way- & BEST -Day-Mention spéciale : le double best-of de LiSA BEST-Way- & BEST -Day-


LiSA, c’est la valeur sûre et incontournable de l’anison(g) japonaise. Depuis 2011 en major (en solo, mais ses débuts remontent à 2005) et âgée désormais de 31 ans, elle martèle les scènes et les génériques d’animés avec de puissantes musiques aux accents rocks assumés et un dynamisme qui n’a jamais fait défaut. Cette année, pour marquer cette carrière déjà bien belle, elle a sorti un double best-of avec deux albums réunissant tous ses plus grands succès : LiSA BEST-Way- et LiSA BEST-Day-. Et ils sont nombreux. Autant vous rediriger vers sa chaîne Youtube plutôt que d’oser faire une sélection. Ils sont accompagnés en plus par un concert de mi-2017 de sa tournée Little Devil Parade, et dès la première musique, on est absorbé par le spectacle : une vraie bête de scène qui a la capacité d’enflammer le public en seulement quelques notes. L’édition de ces albums est vraiment soignée avec un boitier plastique inscrit pour entourer le boitier normal, avec aussi dedans chacun un photobook.
Je mets ce double album en mention spéciale pour bien faire la différence entre les best-of et les nouvelles sorties. Ce duo de CDs n’en reste pas moins une des principales références de 2018, surtout si vous aimez l’anisong.

Mes albums achetés en 2018


En voici la liste de tous mes albums achetés en 2018, sans ordre particulier ni précision de quelle version il s’agit :
DAOKO / Shiteki Ryoko | JUNNA / 17 Sai ga Utsukushii Nante, Dare ga Itta. | Kana Adachi / Yeah! Yeah! | Sakura Fujiwara / Play | Sakura Fujiwara / red | Sakura Fujiwara / green | Fairies / JUKEBOX | Namie Amuro / Finally | Sakurako Ohara / Enjoy (2 éditions) | Sakurako Ohara / HAPPY | Airi Suzuki / Do me a favor | LiSA / LiSA Best -Day- & LiSA Best -Way- | Sonoko Inoue / Mine. | Sonoko Inoue / Juke Box | SCANDAL / Honey | Leo Ieiri / Time | Manami Numakura / My LIVE | Yuka Aisaka / Okujo no Mannaka de Kimi no Kokoro wa Aoku Kaoru Mama | Charisma.com / Charisma.BEST | GIRLFRIEND / Chocolate
Time de Leo Ieiri est évidemment un très bon album qui aurait amplement mérité de rentrer dans ce top. Le mini-album Mine de Inoue Sonoko est vraiment très agréable à écouter et fait d'ailleurs de ceux que j’ai le plus lancé durant cette année 2018. Le premier album de JUNNA est vraiment intéressant, avec de très bons titres dedans, un gros potentiel pour la suite, et 2019 s’annonce très bon pour elle.

Top singles 2018


Si chaque album représente un moment central dans la vie d’un artiste, le reste de sa carrière musicale est plus régulièrement marquée par la sortie plus ou moins récurrente de singles chacun axé autour d’une (ou deux) musique principale. Entre un, deux ou trois singles peuvent sortir tous les ans suivant l’actualité de chaque artiste ou groupe.
Faire un top des singles que je me suis procurés cette année, c’est beaucoup plus compliqué… Pour la peine, on va modifier le top 5 en top 6. Le classement étant lui assez facultatif, excepté pour les trois premiers dont la place sur le podium est assurée.

Misako Uno, « Summer Mermaid »6 – Misako Uno, « Summer Mermaid » 


Uno Misako est la dernière membre féminine du groupe populaire d’avex AAA. Si j’apprends progressivement à apprécier ce dernier groupe, Uno Misaki m’a réjoui avec sa sortie solo de l’année : une chanson estivale « Summer Mermaid » qui a accompagné une partie de mon été avec son rythme et ses sonorités bien de saison. J’ai aussi particulièrement apprécié l’édition limitée de ce single avec un joli petit boitier cartonné aux belles et fraîches couleurs. Mon petit plaisir de l’été.

Lien vidéo | Misako Uno, « Summer Mermaid »

DA PUMP, « U.S.A. »5 – DA PUMP, « U.S.A. » 


Le groupe DA PUMP est un de deux grands phénomènes japonais de l’année. Plus que le single, c’est le plaisir de posséder le CD que je classe ici. En fait, je l’ai commandé assez tard dans l’année alors que je passais déjà en boucle le clip depuis pas mal de temps, suivant ses performances qui se comptent en dizaines de millions de vues sur YouTube (140 millions là) et les diverses vidéos des performances du groupe. Tellement simple, mais si efficace, « U.S.A. » est sans doute une bouffée d’air frais pour ceux ayant grandi dans les années 90, même si on n’est pas japonais.

Lien vidéo | DA PUMP, « U.S.A. »

NMB48, « Yokubomono (欲望者) »4 – NMB48, « Yokubomono (欲望者) »


J’imagine que pour chaque artiste, chaque groupe, il y a un titre qui nous a permis de le découvrir. Pour ma part, j’ai vraiment mis un pied dans l’univers des groupes sœurs de AK48 avec « Yokubomono » des NMB48, épaulé dans ma formation par Hachiko. Depuis, je suis un peu l’actu de ce groupe qui fait vraiment plaisir à voir évoluer. Ce titre est pourtant paradoxalement peut-être le plus éloigné des standards du groupe qui est généralement plus orienté vers une pop festive ; se sont-elles (ou le staff derrière) laissées influencer par les productions rythmées des groupes 46 fort populaires en ce moment ? Quoi qu’il en soit, le résultat est excellent : la chanson prend vraiment bien et le clip tout autant avec son rythme militaire dans un décors de fin du monde ; je trouve l’ensemble des filles vraiment charismatiques, même captivantes.

NMB48, « Yokubomono »

Il est donc mon tout premier single des 48 acheté, ayant désormais un peu presque les deux pieds dedans. Puis, même si je connaissais un peu le principe avec le H!P, j’ai pris plaisir à découvrir quelle image des membres j’ai obtenu avec mon exemplaire (type-B ici) du single ; depuis je veille à bien avoir ces bonus. Le capitalisme aura ma peau.

Ohara Sakurako, « Nakitai kurai (泣きたいくらい) »3 – Ohara Sakurako, « Nakitai kurai (泣きたいくらい) »


Ohara Sakurako n’a sorti qu’un seul single en 2018, « Nakitai kurai », étant donné la sortie de son album Enjoy déjà mentionné. Vais-je surprendre en disant que je l’ai aimé ? Sans doute pas. C’est évidemment le cas.
Sans surprendre particulièrement, Saku-chan nous avait offert un nouveau très beau titre assez joyeux mais oscillant entre souvenirs et nostalgie ; j’aime beaucoup la réalisation du clip qui joue beaucoup sur ce mélange entre des plans « d’aujourd’hui » où l’on voit Saku-chan pensive mais souvent avec le sourire, et toutes ces images en 4/3 de souvenirs heureux dans un parc mais qui semblent lointains. Chose que j’apprécie aussi : cette chanson commence très fort niveau intensité, ce qui en live en fait un très bon titre pour être inséré dans une séquence sans temps mort ; le rythme se pose seulement qu’un peu après, mais ainsi, on a déjà gardé le public dans l’ambiance avant de mieux repartir.

Ohara Sakurako, « Nakitai kurai »

Niveau clip, en fait je lui préfère celui de « Tooku Made » (seconde piste du single) disponible dans l’édition B du single (oui évidemment j’ai acheté les deux). Dans celui-ci, je trouve Saku-chan  juste magnifique, ces plans au sommet d’un immeuble, avec l’immensité de la ville derrière la mettent en valeur, habillée dans son ensemble rouge qui tranche avec la dominante bleue de la ville. Simple, mais superbe (des images ici).
Ah, j’y pense… Un jour, avec une édition d’un single ou album de Saku-chan, j’aimerais bien un poster…

Ieiri Leo, « Moshi Kimi wo Yurusetara (もし君を許せたら) »2 – Ieiri Leo, « Moshi Kimi wo Yurusetara (もし君を許せたら) »


« Moshi Kimi wo Yurusetara » est le quatorzième single de Leo Ieiri dont je parle très régulièrement sur ce blog. Il s’agit même l’une des rares sorties de 2018 pour laquelle j’ai eu le temps de faire une présentation détaillée au cours de l’année
En effet, comme je l’avais alors expliqué, on retrouve avec ce nouveau titre Leo au top de sa forme avec une musique d’une forte intensité portée par sa voix si reconnaissable. Cette voix est vraiment une richesse nationale du Japon. Le clip bénéficie quant à lui d’une réalisation des plus soignées, le tout se déroulant dans un unique espace fermé avec des plans aux tonalités soit blanches, soit rouges. Mélancolique et mystérieux, voire presque inquiétant, cette musique est pour moi l’une des plus belles de cette année 2018. Le making-of du clip est aussi vraiment très chouette à visionner.

Ieiri Leo, « Moshi Kimi wo Yurusetara »

Aoi Eir, « Ryusei / Yakusoku (流星 / 約束) »1 – Aoi Eir, « Ryusei / Yakusoku (流星 / 約束) »


Je l’ai déjà dit dans mon précédent billet, mais le retour de Eir Aoi a été l’un de mes grands moments de l’année, le plus grand moment niveau émotion. De ce fait, ce premier single de 2018 ne pouvait être qu’un achat obligatoire ; je me le suis procuré dans son édition simple ainsi que dans la version limitée qui est accompagnée d’un très beau petit photobook (avec des photos prises pour « Yakusoku ») le tout dans un beau coffret dans un décors bleu marine, sur un fond marin où se reflètent mille lumières.
L’objet est beau, les deux titres principaux sont superbes. Il s’agit en effet d’un double-single ici : le premier titre est le puissant « Ryusei » qui servit de générique pour le dernier Sword Art Online, un excellent et puissant titre pour prouver à quel point elle manquait à l’anison(g), et évidemment « Yakusoku » la musique de son retour, celle d’une promesse accomplie. Ce dernier possède une telle intensité qui me donne encore des frissons aujourd’hui ; sa première diffusion sur YouTube est pour moi un souvenir vraiment très fort. Blue is back.


Aoi Eir, « Yakusoku »

Mes singles achetés en 2018


Comme pour les albums précédemment, voici en vrac la liste des singles que je me suis procurés cette dernière année :
Keyakizaka46 / Ambivalent | LiSA / Akai Wana (who loves it?) / ADAMAS  | Kana Adachi / Egao no Tsukurikata - Kimuchi - / Kokoro Harete | Kana Adachi / Fure Fure Watashi | Kana Adachi / Sakura Yell | Kana Adachi / Change! | Kenshi Yonezu / Lemon | Sonoko Inoue / Fantastic | Sonoko Inoue / Senkou Hanabi | Manami Numakura / Desires | Cent Chihiro Chittiii (BiSH) / Aina The End (BiSH) / Yoruoji to Tsuki no Hime / Kienaide | YOSHIKI feat. HYDE / Red Swan | =LOVE / Want you! Want you! | =LOVE / Teokure caution | NMB48 / Yokubomono | NMB48 / 19th Single | NGT48 / Sekai no Hito e | DA PUMP / U.S.A. | Mrs. GREEN APPLE / Ao to Natsu | Mirai Skirt / COSMOsSPLASH | Miraiskirt / Sennen Shojo - Tin Ton de Schon | Miraiskirt / Namonai Oto | Misako Uno (AAA) / Summer Mermaid | frederick / Hyohyo to Emotion | Tsubaki Factory / Date no Hi wa Nido Kurai Shower Shite Dekaketai / Junjo cm (Centimeter) / Konya Dake Ukaretakatta | ANGERME / Manner Mode / Kisoku Tadashiku Utsukushiku / Kimi dake Jyanaisa | Yui Ogura / Eien Shonen | Azusa Tadokoro / Resolve | Leo Ieiri / Moshi Kimi wo Yurusetara | Sakurako Ohara / Kimi wo Wasurenai yo |  Sakurako Ohara / My Favorite Jewel  | Sakurako Ohara / Nakitai Kurai (2 éditions)| Eir Aoi / Ryusei / Yakusoku (2 éditions) | Eir Aoi / Iris | AIKI & AKINO from bless4 / Tsuki no Mo Hanbun Mashiro | Ayano / starry | SEKAI NO OWARI / Sazanka | SILENT SIREN / Just Meet | JUNNA / Here | JUNNA / Akaku, Zetsubou no Hana | WALKURE / Walkure wa Uragiranai | May'n / Tenshi yo Kokyo wo Kike | May'n / You
Dans le lot, j’aurais pu ajouter dans mon top l’un des singles de Kana Adachi, le dernier « Fantastic » de Inoue Sonoko, le très beau « Lemon » de Kenshi Yonezu, le 3e single « Teokure Caution » du très bon groupe d’idols =LOVE, etc. Mais il fallait faire des choix.

** ** **

On va s’arrêter là pour cette seconde partie de mon bilan j-music de l’année 2018. Il y a déjà pas mal de contenu là, donc je vais garder le reste pour une troisième partie où je vais parler de mes DVDs de concert et peut-être d’autres choses ; tout n’est pas encore fixé et elle arrivera sans doute plus vers le milieu du mois.
Merci pour votre attention. Préparer ce bilan prend un peu de temps, mais c’est vraiment un plaisir de les faire. N’hésitez pas à réagir ou à partager vos propres coups-de-cœur de ces derniers mois.
En attendant le prochain billet, je vous souhaite de nouveau une belle année 2019 !