mercredi 5 octobre 2011

"Atelier Iris 3", premières impressions

Ma bonne vieille PS2 continue à tourner et pour encore quelques temps je pense. Je serai probablement encore dessus quand la PS4 sortira~
En tout cas, en ce moment, c'est le jeu Atelier Iris 3 qui occupe de temps en temps mes soirées.

Cela faisait pas mal de temps que je zieutais sur ce jeu. Presque depuis sa sortie en France (en 2007). J'avais commencé au final par Atelier Iris 2 (= AI2) que j'ai fini il y a quelques mois. Ce dernier m'avait vraiment bien plu. Sans être doté d'un scénario à couper le souffle (c'est du très classique), le jeu offrait un certain plaisir. Des personnages agréables, hauts en couleur et au final plutôt attachant ; un système de combat, somme toute assez basique, mais qui compense ça par un certain dynamisme et des monstres plutôt rigolos parfois (les monstres qui t'attaquent en éclatant de rire ça m'a marquait). Bref, j'avais été très séduit. De ce fait, je me suis tourné vers la suite : Atelier Iris 3 (du studio Gust).

Je n'ai pas encore fini le jeu, non, ce ne sont que des premières impressions. J'ai une petite quinzaine d'heures de jeu actuellement, 3 cristaux récupéré (sur les 8), donc en gros j'ai dû faire un 30 peut être 40% du scénario ?

Très belle intro' !! 

Dans un combat
La guilde
Que dire ? Déjà que j'apprécie vraiment ! On retrouve le charme de l'univers du AI2, avec des nouveautés et un style différent. Différent parce que AI2 se présentait comme une aventure classique, on parcourt un monde, des villes, etc. Ici Atelier Iris 3 se présente d'une façon plus simple : une ville principale et plusieurs donjons. C'est à la fois bien et moins bien. Commençons par l’inconvénient : au bout de quelques heures, on connait la ville par cœur (elle n'est pas si grande en plus), puis refaire les mêmes donjons x fois, ce n'est peut être pas le plus motivant (mais ça me va, de ce coté là, je suis très patient). L'avantage : il tient du fait que l'aventure se fait par les systèmes de quêtes/missions bien connus des Rpgs. Le centre névralgique de cette ville (Zey Meruse), c'est la guilde, c'est là-bas qu'on va y chercher notre travail. Plusieurs types de missions, on va dire, les "importantes" (celles qui font avancer l'histoire) et les "secondaires" (en gros, l'inverse... Du coup, je pense qu'on peut finir le jeu assez rapidement si on les met de coté, ce qui n'est pas mon cas). Après dans les missions, classique dans le genre, récupérer des objets, créer des objets (avec l'alchimie, j'y reviendrai), tuer des monstres, accompagner/protéger des gens. Aider des gens dans la ville permet aussi des développer nos relations avec eux : c'est un aspect réussi, en plus des héros, je prends plaisir à découvrir un peu tous ces citadins. D'ailleurs, pas mal d'aspects de ce jeu font penser à Mana Khemia, surtout niveau des donjons avec le style d'explorations, gestion du temps (on ne peut pas y rester indéfiniment).

Iris
Nous voici donc aux personnages principaux. C'est là que vient vraiment tout le plaisir que j'ai pour ce jeu. Iris, Edge, Nell. 
La première avant tout, Iris, c'est elle que je préfère. Elle est adorable, un charac-design plus que charmant, un panel d'expression varié ; elle est en comparaison bien plus attachante que Viese dans AI2. D'ailleurs, Iris dans ces deux jeux sont deux personnages totalement différents, l'un n'est pas la suite de l'autre. Du moins, du fait que Iris s'appelle Iris, on se doute qu'elle est la clé du jeu, du scénario. En plus, c'est une des dernières alchimistes de son monde, elle possède en héritage de sa famille un livre extrêmement rare et puissant (paraitrait qu'il exaucerait tous les vœux !). Bref, je l'aime beaucoup~
Edge, je reconnais que j'ai eu plus de mal à m'accrocher à lui. Un peu antipathique au début, il n'a pas le sourire facile (enfin, je ne l'ai même jamais vu sourire), un brin râleur quand ça ne lui plait pas (mais il cède assez facilement à Iris en général... Iris qui semble bien l'apprécier d'ailleurs, ami d'enfance et tout et tout), mais petit à petit, ça commence à venir, il sait intervenir au bon moment même s'il a parfois du mal à comprendre comment pense une femme (mais bon, ça se comprend~). Puis son petit coté sarcastique me change du bon héros super vaillant qu'était Felt dans AI2.
Edge en discussion avec un sentimental
Nell, la dernière arrivée dans le groupe (j'ai l'impression qu'on va rester même qu'à trois). Un lapin (enfin, elle a un nœud dans les cheveux qui lui donne une image de lapin orange), dynamique, enjouée, son arrivée dans l'équipe a redonné un peu de tonus, ce qu'il fallait. Elle est assez attachante, notamment du fait de la relation compliquée qu'elle a avec sa sœur.
L'atelier = la maison
Quelques autres personnages que j'aime bien aussi : comme Anna, la secrétaire de la guilde, ou encore Pamela le fantôme du château. Il y aurait deux perso' pas très sympas (enfin l'un c'est sûr, l'autre, à voir) dans l'histoire, je ne les ai pour l'instant que entre-apercus, je ne peux pas en dire beaucoup... Ewan, le scientifique-libraire, on le voyait beaucoup au début du jeu, là plus trop, il squatte le livre-tout-puissant en ce moment. Il m'a bien plu, plutôt marrant avec son coté séducteur. Mais, je le vois bien essayer de jouer au farceur avec les héros, oho.

Iris - level-up alchimique ! Avec un beau sourire~
Quelques autres points qui me plaisent. L'alchimie. On ne peut pas parler d'un Atelier sans parler d'alchimie. Le système est globalement très proche de ce que j'ai connu avec AI2, le changement principal tient dans le fait qu'il n'y a plus de niveau de qualité. A coté, plus de création possible, une gestion des attributs sans doute plus intelligente. C'est un aspect du jeu qui me plait vraiment... Et ça me rend triste là de ne pas avoir de PS3 pour m'essayer sur Atelier Rorona ou Totori...
Le système de classe ajouté au jeu : nouveauté là. Les esprits de mana qu'on récupère n'ont plus de lien direct avec l'alchimie, mais maintenant on peut les utiliser ici en les associant avec Edge ou Nell : ça permet de leurs donner une nouvelle classe. Et ça c'est cool ! Moins de personnages jouables, peut être, mais plus de possibilités. Puis, ça s'accompagne de changements de style de combat, vestimentaires, c'est bien plaisant.
Le système de "Burst" lors des combats : un plus dans les affrontements sympathiques. Une fois la jauge de coups remplie, on active ce Burst qui décuplent la force de nos combattants, met la jauge de points de capacité au max, et là on les enchaine !!! Bon... En général, pas besoin de ça, à coté, le jeu est très facile. A part un boss une fois qui m'a causé quelques problèmes (il m'a même mis ko Iris, le saligaud !), pas besoin de se stresser durant les combats, même les plus importants. La gestion des points de capacités, servant de mp pour les attaques spéciales ou magies, est aussi une des clés de la maitrise ou non des combats.

Rien que pour des illustrations de ce genre, je suis fan !
Donc en gros : je suis très satisfait. Je retrouve ce qui m'a plu dans Atelier Iris 2 ; la façon dont se déroule l'aventure rend le tout plus répétitif certes, mais, l'ensemble garde son charme. Des personnages attachants, même si Noin me manque un peu, avec une Iris aussi charmante ici, ça me va. J'espère juste que le scénario va un peu décoller, pour l'instant, j'enchaine les quêtes, trois cristaux, on voit que quelque chose se dresse derrière, mais ça reste pour nos héros un peu une sorte de gentille balade. A voir avec la suite !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...