dimanche 3 mars 2013

« Attack No.1 », dramaturgie du volley japonais !

Attack No.1 アタックNo.1 - J-drama - Ueto Aya 上戸彩
Attack No.1 (アタックNo.1) est un drama d’un genre que je connais assez peu, une série sur le sport, ici le volleyball. Pour être plus précis, il s’agit ici d’une adaptation télévisée d’un ancien manga shôjo et un animé diffusé entre 1969 et 1971, plus connu en France sous le nom Les attaquantes. Cette version télévisée compte 11 épisodes qui furent diffusés entre avril et juin 2005.
Cette série raconte l’histoire de Kozue Ayuhara, une jeune étudiante du lycée Fujimi passionnée de volleyball. Un jour, elle est repérée pour participer à un camp d’entrainement dont l’objectif est de recruter des joueuses pour l’équipe junior du Japon. Heureuse, elle accepte. Mais, à partir de ce moment, elle doit faire face à la jalousie de ses proches et même de sa meilleure amie. C’est sans compter que les méthodes d’entrainement intensives et violentes du coach Inokuma de l’équipe nationale qui va mettre à rude épreuve sa passion.
Ce drama est loin d’être indispensable. De très loin. Il souffre de gros défauts. Ils m’ont cependant plus fait sourire que m’exaspérer. En soi, c’est déjà une bonne chose. Donc, je ne donnerai que quatre éléments qui peut faire qu’on puisse s’y intéresser : avoir aimé le dessin-animé original (… et peut-être son générique ? qui sait), aimer les séries sur le sport, avoir un trou dans son emploi du temps à remplir, apprécier Ueto Aya. Je vous laisse deviner l’option qui me correspond. Donc, si vous répondez à un (ou plusieurs) de ces critères, vous pouvez continuez à lire afin, peut-être, d’y trouver des choses intéressantes, sinon, bah, faites comme il vous plaira.

Une chose m’a particulièrement embêté par moment. Tout au long de la série, il y a la tendance de jouer le sur-dramatique, ce qui a pu me faire parfois souffler. Cela atteint son paroxysme avec une mort malvenue et totalement inutile. Un accident, pourquoi pas, mais cela ne servait à rien à le tuer. Ce décès n’apporte que trop peu à l’histoire (si ce n’est des moments tristes, c’est vrai). Le contraire, je pense, aurait même pu enrichir le scénario. Après quelques lectures, cet événement était bien présent dans l’animé dont le drama ici n’est qu’une adaptation (partielle). Quoi qu’il en soit, je l’ai trouvé disproportionné par rapport à la série. Même si celle-ci ne rentrait évidemment pas dans le registre de la simple comédie, certes, il n’y avait pas besoin de cela pour faire « sérieux ». C’est dommage, à côté, il y a de bonnes idées souvent bien mis en valeur.

Attack No.1 - J-drama - Ueto Aya 上戸彩

Dans le même style, les deux derniers épisodes sont presque superflus, la série aurait pu s’arrêter à son neuvième et ainsi éviter une nouvelle surenchère (ou alors, permettre une saison 2 ? ce qui aurait même été pas mal). Cette conclusion en deux épisodes n’est pas mauvaise en soi – je l’ai bien aimée en fait – mais elle n’était pas utile. Il fallait sans doute ce genre de fin pour répondre aux attentes du public, comme j’en parlais avant, il s’agit d’une adaptation.
Ahh, le grand méchant entraîneur Inokuma qui fume le cigare, barbu, sévère, violent et condescendant, nan sérieux. En plus, logique, il est gentil au fond, ce n’est qu’un gros nounours en fait, gggrrooohh. Bien évidemment, face à lui, on a aussi la version du gentil, naïf, jeune et bel entraîneur of course. Paradoxalement, encore une fois, je n’ai pas déprécié ces personnages, ils me faisaient juste gentiment sourire. En fait, presque tous ces défauts de la série, je les ai appréciés. Comme quoi.

Cette surenchère/exagération perpétuelle – caractéristique courante dans les dramas, c’est vrai – a au moins un avantage, celui de favoriser une certaine accroche du spectateur. La ligne générale du scénario était ultra-prévisible, mais tous les détours que se sont permis les réalisateurs l’étaient moins. De ce fait, j’étais toujours assez curieux de savoir comment ça allait s’enchainer. Ça évite aussi un autre problème : l’ennui. Même si c’est vrai que les premiers épisodes mettent un peu de temps à lancer la série, une fois partie, elle offre peu de temps morts, et les nombreux rebondissements sont quelques fois bienvenus et intéressants. Le manga devait être bien sympa à lire.

Au final, aucune actrice (joueuse de volley) ne sort vraiment du lot, donc je n’en parlerai pas. Si ce n’est Ueto Aya en fait, ici dans le rôle de Kozue, le personnage principal. D’ailleurs, en cela, on retrouve un peu le schéma d’Attention Please, elle est la seule qui parvienne à tirer son épingle du jeu. Mais bon, il ne faut pas oublier que, dans les deux cas, tous les autres personnages ne sont en fait que des « faire-valoir » pour cette belle actrice. Ceci peut expliquer cela. Il y a chez elle, dans ces séries, une certaine fraîcheur  celle que j’avais d’ailleurs appréciée dans Attention Please. La différence ici, le sur-jeu (notamment dans les mimiques, mais Attack No.1 n’est pas une comédie aussi) est moins marqué, son personnage parait plus naturel. Mais reste que Kozue, dans Attack No.1, n’est pas son meilleur rôle, ici aussi. De ce fait, en comparaison, encore une fois je ne pourrais que rappeler ses excellentes prestations dans Koukou Kyoshi 2003, Nagareboshi ou, actuellement, dans Itsuka Hi no Ataru Basho de – encore en cours de diffusion – un drama où je trouve Ueto Aya juste superbe.


Une chose m’a bien aidé aussi à apprécier la série : sa bande son. Elle est plutôt réussie, en tout cas, elle apporte un réel plus, sachant souligner la tension de certains passages. Même l’opening – pas folichon musicalement ou même par son texte – arrive à apporter son petit plus à l’ambiance. Par contre, là, j’ai un petit coup de cœur pour l’ending, « Yume no Chikara » chanté par Ueto Aya.
Ueto Aya 上戸彩 - Best of Ueto Aya - Album 2006
D’ailleurs, petite parenthèse, je découvre en fait depuis deux petites semaines sa discographie qui n’est pas sans contenir quelques chansons que j’apprécie grandement, que ce soit « Usotsuki », « Kizuna » ou encore « Pureness ». Je me suis d’ailleurs fait bien plaisir avec quelques achats de singles (dispos directement en France avec Saint Amazon.fr) et même d’un album que j’attends avec impatience (illustration ci-contre - en croisant les doigts que la douane m’oublie).

Voilà, pour conclure, Attack No.1 était pour moi plus une curiosité, histoire de voir Ueto Aya jouer dans un style de drama différent. Même si je trouve qu’elle s’en sort avec honneur, la série en elle-même fait partie des dispensables. On pourra sans doute l’apprécier, c’est le cas pour moi, mais l’absence notable de réelle qualité fait qu’elle ne pourra pas être considérée comme un drama à voir absolument.

4 commentaires:

  1. Je n'ose pas le tenter, celui-là (^^) Même en le prenant au second degré comme tu le suggères, je crains que cela ne soit pas suffisant.
    Moi aussi, j'aime bien Aya Ueto (...pas de la même façon que toi, mais quand même, LOL!) et c'est marrant parce que je viens tout juste de terminer un drama qui la met également à l'honneur - "Abarenbo Mama" - et je me permets de te le conseiller, parce qu'elle y est épatante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Je suis faible ! Je vais suivre ton conseil sans hésiter.
      En fait, tu m'avais déjà convaincu à essayer "Abarenbo Mama" avec ton dernier billet. Je tâcherai de partager mon avis sur la série quand je l'aurais vue (ce qui ne devrait pas tarder).

      Supprimer
  2. Salut! Je remarque avec grand plaisir que tu es un fan inconditionnel d'Aya Ueto vu qu'elle dans le casting de 4 de tes 5 dernières critiques de drama...!

    Sans avoir vu l'anime original, je crois me souvenir qu'Attack n°1 m'a laissé de bons souvenirs. Sachant qu'il date de 2005, je trouve que c'est une série plus que correcte. Je me souviens m’être mainte fois énervé contre le personnage principal plus qu'autre chose. Cependant, malgré le faite que le scenario tourne autour de Kozue, je trouve que les acteurs secondaires ne font pas de figuration^^

    En tout cas merci pour ton article et bonne continuation!

    Un fan d'Aya chan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis-je démasqué ? Zut ! Je pensais passé inaperçu avec ma fan-attitude (ou pas) ~
      Et encore, je n'ai pas fait de billets sur toutes les dernières séries que j'ai vu avec Ueto Aya, avec le sympathique "Juunen saki mo kimi ni koishite" par exemple.

      Figuration ? Je ne sais pas. Mais disons qu'aucune autre actrice (même Sakai Ayana, dans le rôle de la meilleure amie de Kozue) n'avait pas droit à la même mise en valeur qu'Ueto Aya. D'un certain côté, c'est normal - actrice principale oblige - mais j'ai trouvé ça vraiment très marquant. Puis, en soi, ce n'est pas une critique, c'est un choix.

      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...